LA NUIT PORTE JARRETELLES de BÉATRICE LIBERT (Cactus Inébranlable / Une lecture de Philippe LEUCKX

Résultat de recherche d'images pour "philippe leuckx"
Philippe LEUCKX

Distribué en plusieurs sections, le nouveau libre de Béatrice Libert tranche avec sa production antérieure (poèmes éluardiens; essais didactiques consacrés à Joubert, Carême; etc.) comme le précise dans sa préface le poète du signifiant Verheggen, qui prend plaisir aux jongleries verbales de sa consoeur en poésie.


Dommage que le titre du livret ait déjà été donné (« La nuit porte jarretelles« , film de Virginie Thévenet de 1985) car les aphorismes (la maison Cactus inébranlable les promeut) de l’auteur portent sens :

Lisons, entre autres propositions,

« Une ville sans jardin est un visage sans regard »

ou

« Le poème abandonné au bord du pain attend l’oiseau qui en fera sa mie »

ou encore

« Pendu à la ligne le linge »

Les dictons récrits ont de la ressource :« Chez les menuisiers, on dit :
« Simple comme clou »

Des recettes proposent :
« Migraine

Dix minutes de Marie Noël chaque matin après le petit-déjeuner; même posologie le soir avec Jammes ou Carême ».

Truculent, Le petit Izoard illustré :
« Izoardable : se dit de tout prétendant aux Izoard.
Jacques Delmotte est-il izoardable? »

Résultat de recherche d'images pour "béatrice libert poète"
Béatrice Libert

Le recueil sur les site du Cactus Inébranlable

Le site de Béatrice LIBERT

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s