EMA, un FILM de PABLO LARRAIN / Une chronique de Philippe LEUCKX

LES LUNES ROUSSES de TÜLIN OZDEMIR / Une chronique de Philippe LEUCKX
Philippe LEUCKX

film de Pablo Larrain (Chili, 2019)
Festival international du film d’amour de Mons

Résultat de recherche d'images pour "pablo larrain affiche ema"

 

Valparaiso sert de toile de fond hyperréaliste à ce film psychosocial intense.
Ema et Gaston ont « rendu » leur fils adopté Polo après un fait divers désolant.
Le couple connaît de graves dissensions.
Ema, danseuse dans une troupe dirigée par le chorégraphe et ami Gastón, assure également des cours dans une école où elle enseigne l’expression corporelle.
Très belle, très séductrice, Ema se culpabilise d’avoir laissé partir Polo.
Dans une fébrilité et voracité sexuelles, Ema cherche à se perdre dans de nombreuses relations bisexuelles (ses partenaires de danse…).
Le tableau d’une société où le sexe est un dérivatif ou un pis-aller est regardé par le cinéaste à la manière d’un constat de vrai moraliste.Ema décide de réaliser son projet. Il faudrait bien récupérer Polo, d’une façon ou d’une autre.

Résultat de recherche d'images pour "pablo larrain affiche ema"
La mise en scène, étonnante par la variété des séquences, l’intense pression des décors urbains, les musiques entêtantes (le reggaeton, entre autres), embarque le spectateur dans une baguenaude dans Valparaiso qui ne soit pas une partie de plaisir mais une traversée moderne des désenchantements contemporains.
Les acteurs (Di Girolamo et Garcia Bernal étonnants de justesse, tous les autres) offrent chair et vérité à cette histoire assez déprimante, assez diabolique, et forcément naturaliste.
Séduire, happer, prendre chair, sexe, possession de l’autre : le cinéaste n’est pas dupe. Notre société génère des dérives, offre des recompositions familiales inédites et dérangeantes.

Pablo Larrain, avec une photographie impeccable qui joue du ballet (le rouge de fusion des matières solaires symbolisant comme chez Almodovar la passion), des travellings avant ou arrière pour présenter ses personnages, est un grand paysagiste urbain (l’esplanade vers la mer où six femmes dansent) et un étonnant moraliste qui pose les vraies questions : où va le monde moderne avec enfant, adoption, famille d’accueil, famille recomposée, sexualité, etc. ?
Il n’y répond point, laissant le spectateur apte à cerner lui-même la complexité du monde.
Un grand film.

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s