AVANT QUE J’OUBLIE d’ANNE PAULY (Verdier) / Une chronique de Nathalie DELHAYE

LES ADIEUX D'UNE FILLE d'ANNE PAULY (Verdier) / Une lecture de Nathalie DELHAYE
Nathalie DELHAYE

Les adieux d’une fille

Anne et Jean-François perdent leur père atteint d’un cancer, qui était hospitalisé depuis quelques jours, victime d’une embolie pulmonaire.
Le frère et la soeur, à présent orphelins, bien que préparés à cette triste fin, peinent à l’accepter, et à remonter la pente.


Dans ce livre, c’est Anne qui raconte sa terrible souffrance. Ce thème dramatique est abordé de façon humoristique, Anne retraçant les faits de manière drôle et délicate. Elle écrit ce qu’elle pense, ce qu’elle ressent, ce qu’elle voit de manière légère, avec une certaine pudeur, et pourtant, au plus profond d’elle-même, elle souffre… Elle a accompagné son père dans ses derniers moments, mais doute d’avoir bien fait.

Viennent les souvenirs, la vie avec son frère et ses parents, une enfance contrariée par les agissements d’un père alcoolique, une mère qui subissait la situation, et les enfants habitués à ces comportements. Les anecdotes défilent dans l’esprit de la jeune femme, le sourire fait place aux larmes. Jean-François, lui, semble plus marqué par cette période, plus intransigeant avec ce père qui vient de partir, mais il se débat également avec sa peine et son ressentiment.

Résultat de recherche d'images pour "anne pauly écrivaine"
Anne Pauly

Anne supporte tout ou presque de la suite des événements. Les funérailles, les formalités, la maison à débarrasser ; Jean-François se détache clairement de ses obligations, indifférent.

On m’avait dit, en brandissant comme une menace un rouleau de sacs poubelle, quand quelqu’un meurt, il faut agir, trier, ranger, répartir, écrémer, choisir ce que tu veux garder et te débarrasser du reste. Et plus vite que ça. C’est comme ça qu’on fait, c’est ça qu’il faut faire, tu devrais faire ça, ça t’aidera c’est sûr.

Un livre qui peut parler à chacun d’entre nous, orphelins ou amenés à l’être un jour. Cet ouvrage se révèle très humain, mêlant instants drôles et moments touchants, l’émotion prend parfois le pas mais ne tombe jamais dans le mélodrame.

Une belle façon de traiter ce thème, et d’aborder le deuil des parents, ce qu’ils étaient, ce qu’il restera d’eux.

Le livre sur le site de l’éditeur

Anne PAULY sur le site de Verdier

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s