LA FENÊTRE d’AGATHA STORME (Maelström) / Une lecture de Nathalie DELHAYE

AVANT QUE J'OUBLIE d'ANNE PAULY (Verdier) / Une chronique de Nathalie DELHAYE
Nathalie DELHAYE

Émouvant

Bruxelles se conte par « La fenêtre », un conte-nouvelle rondement mené avec un thème original. On ne s’arrête pas au coup de coeur pour la maison-paquebot à Anderlecht, « La fenêtre » nous montre où l’imagination peut nous mener, de bien jolie façon, avec pourtant des moments d’angoisse et d’interrogation…

 

BSC#86 La fenêtre

 

Car notre héroïne est totalement happée par cette aventure, la silhouette et ce visage qu’elle devine à la fenêtre d’en face la fascinent, elle construit sa vie dans l’attente d’une nouvelle apparition, imaginant encore et toujours, devenant dépendante de ces instants magiques, son comportement change. Le « pourquoi ? » domine tout au long de cet ouvrage, et le lecteur a hâte de découvrir la chute, tant il est intrigué par l’histoire.

Un bel hommage que rend Agatha Storme à sa ville, à son histoire et à une figure en particulier, et quelle figure !

Une ambiance, des décors et beaucoup d’émotion, nul doute que notre grand homme eut apprécié cette histoire, lui qui a dit :

« Je vous souhaite des rêves à n’en plus finir et l’envie furieuse d’en réaliser quelques-uns.

Le Bookleg sur le site de Maelström

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s