JE VERBALISE / AUTOPORTRAÎTRE en T

Ballon en forme de lettre bleu mylar pas cher - Achat / Vente

Je table sur l’assise de la tasse pour prendre mon café d’assaut

Je tache de lait la robe du vin

Je tache de naissance une nappe de Noël

Je tache de sangles une combinaison de cuir

Je taille une pipe à un marchand de tabac

Je tais le mot source dans mon éloge de la rivière

Je talonne l’orange pour qu’elle se presse

Je talonne un coureur de jupons en chaussons de gym

Je talonne une coureuse de fond d’écran au fessier plat

Je talque de sucre glace une paire de pêches briochées

Je tambourine à la porte des nuages avant d’éclairer

Je tance un tacleur au motif qu’il tarabuste mieux que moi

Je tangue sur la mer des mots avant de sombrer dans les abysses d’un songe

Je tape la carte météo dans un cumulonimbus

Je tape sur la fable pour faire trembler les fées

Je tapis l’image du soleil dans le tissu des nuages

Je tapis un tapir au fond de mes théories

Je tarde à venir quand tu ne m’étreins pas

Je tartine de beurre un toast aux épinards

Je tasse une cafetière de sable avec une cuillère

Je tasse une envie de café noir sous un cumulonimbus de lait

Je tâte le poulpe pour connaître l’heure de la marée

Je tatoue la peau de la nuit de dessins de rêve

Je tatoue une larme sur ta joue

Je tatoue une lame sur ton cou

Je tatoue une rose sur ta peau afin qu’elle s’imprègne de ton odeur

Je tatoue un soleil sur ton ombre

Je tatoue une émoticône dans le dos de ton émoji.

Gif animé de Lettres T et des images gratuites

Je teins en noir corbeau un blanc de poulet

Je teinte l’impossible (mes quatre poils restants)

Je teinte l’impossible aux couleurs de la fiction

Je teinte ma palette de sons d’un tintement de cristal

Je téléporte sur Mars une fenêtre avec vue sur la Lune

Je tends le ballon pour me faire tacler

Je tempère mes émoticônes pour calmer la colère des émojis

Je tempête pour calmer la mare qui fait des vague

Je tente le sable avec un vent de Dieu

Je tente l’impossible : j’écris BIEN sans mal

Je tente mon prochain avec des promesses d’amitié

Je termine et je suis à bout

Je ternis l’image d’un auteur qui crève l’écran

Je terrasse la cour d’un dragon

Je teste un texte fou sur une bande de lecteurs aliénés

Je tète le pouce levé d’une autostoppeuse

Je tète Pi jusqu’à la dernière décimale

Gif animé de Lettres T et des images gratuites

Je théorise mes mers et vallons pour un essai sur le merveilleux

Je tiédis l’eau de toilette en pissant dedans

Je tiens mes paroles en l’air pour garder le verbe haut

Je tiens mon verbe en laisse jusqu’à l’arrivée de l’inspiration

Je timbre ma voix pour l’envoyer dans la tessiture

Je tinte mon chagrin pour tirer la sonnette des larmes

Je tique taque sans compter et le temps me dépasse

Je tire-bouchonne à plein pendant les fêtes

Je tire les cartes qui dépassent du distributeur de hasard

Je tire les ficelles de la langue pour emballer mon texte

Je tire les vers du nez à un poème puant

Je tisse ma toile avant de peindre sur soi(e)

Je titube en allant du bar de l’existence au comptoir du néant

Je titre mieux que je ne compose

Gif animé de Lettres T et des images gratuites

Je toise le lecteur du sommet d’une pile d’invendus

Je toise les cieux au plus profond de toi

Je tolère tes raisons d’aimer à condition qu’elles me rendent fou de toi

Je tombe des nues avec un parachute osé

Je tombe des rues dans une ville morte

Je tonds la pendue pour un postiche d’enfer

Je tonne pour faire éclater la lumière

Je toque à la porte d’un plumier pour encrer

Je torche un livre pour le cochon de lecteur

Je tords le cou vert d’un écolo télékinésiste

Je tords un bras de mer trempé comme une soupe

Je torpille le travail du silence avec une rafale de sons

Je torture une patte de mouche avec des piqûres de taon

Je touche du doigt l’Anus Dei

Je touche le fond en sauvegardant les formes

Je tourne autour des mots jusqu’au vers-tige

Je tourne autour du mot ROND

Je tourne en bond de Spiderman un saut de l’ange

Gif animé de Lettres T et des images gratuites

Je trace les grandes lignes de la future Cité des corde

Je traduis les grands oiseauteurs de mon noisetier

Je traîne des pieds avec un vieil alexandrin

Je trais la tache pour en tirer l’encre

Je trais une tache de vache pour une goutte de lait

Je traite ma muse comme une sirène pour avoir des vers luisants

Je tranche dans l’art de la découpe

Je tranche la tête de téton teuton d’un corsage saxon

Je tranche l’oeil du rasoir avec un angle de vue

Je transfère tous mes avoir à la banque de l‘être

Je transige avec le désespoir

Je transmets mes impressions de luxure

Je transforme une chenille absorbante en 1 papillon buvard

Je transperce un coeur de beurre avec un couteau de boucher

Je transpire d’inspiration dans le hammam de l’imagination

Je transporte un rêvé étoilé dans une cuisine de collectivité

Je travaille la forme de la banquise avec un ciseau à glace

Je travaille le vers sur un tour à poèmes

Je traverse les mûres sans les presser

Je traverse un champ d’aiguilles dans les clous

Je tremble à l’idée de rencontrer mon doudou

Je tresse une couronne d’épis à un homme de paille

Je triche sur mon identité par amour du je

Je tricote des gants de toilette pour laver l’hiver

Je trie sur le volley une équipe de badminton

Je trimbale une timbale d’un bal des pompiers à une fanfare incendiaire

Je trinque à la santé de Dieu une dernière foi

Je trinque à la santé des péripatéticiennes de Marche-les-Dames

Je trône sur un royaume de merde

Je truffe de trilles un chant d’amour

Je trombone et trompette pour n’avoir pas à claironner

Je trompe la vigilance de la critique avec un livre sans SP

Je trône sur mon parti comme un monarque de merde sur un tas d’étrons

Je troue la plafond des Lettres avec une phrase perdue

Je troue le culte à un obsédé de la foi

Je trouve grâce aux yeux de ma mie quand j’ai ramassé toutes les rillettes

Je truque le match entre deux escrocs

Je tue mon exécuteur testamentaire

Je tututoie les plus grands zozoteurs du bégaiement de ma région

Je twiste depuis plus longtemps que je tweete

Je tyrannise un mot d’ordre

JPC

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s