RENTRÉE LITTÉRAIRE 2020 : LES RADIÈRE EN FAMILLE / La chronique de Denis BILLAMBOZ

VIENT DE PARAÎTRE : L'actualité du livre par DENIS BILLAMBOZ) – LES BELLES  PHRASES
Denis BILLAMBOZ

La famille c’est un thème cher à Thierry RADIÈRE dont j’ai déjà lu un certain nombre d’ouvrages qui évoquent souvent ce thème notamment à travers les enfants mais aussi les aïeux et bien évidemment celle qui partage sa vie. Dans cette chronique, j’ai rassemblé deux ouvrages : un recueil de textes courts dans lequel il écrit en parallèle avec son épouse des textes inspirés par des mots qu’ils ont choisis parce qu’ils ont marqué un moment important de leur vie ; un livre pour la jeunesse qui raconte une autre histoire familiale, l’admiration d’un petit frère pour son grand frère en opposition à son père. Deux beaux textes qui évoquent la vie familiale sous différents aspects.

+ + +

Mon grand frère

Thierry Radière

Magnard jeunesse

Mon grand frère

La famille, le couple, l’enfance, l’adolescence, tout ce qui conditionne la construction de l’adulte qui devra, à son tour initier un nouveau cycle pour perpétrer le lignage, est au centre de l’œuvre de Thierry Radière que je commence à bien connaître. Dans le présent ouvrage qu’il dédie plus particulièrement aux adolescents, il construit une famille qui pourrait couler des jours heureux si chacun faisait un petit effort, qui en travaillant un peu plus à l’école, qui en étant un peu plus tolérant, qui en étant un peu plus ferme…

Cette famille comporte un couple constitué d’un père autoritaire et intransigeant et d’une mère une peu trop faible et résignée, ils ont deux enfants, deux garçons, l’aîné qui sera bientôt majeur et le second qui n’a pas encore douze ans. Le petit frère adore son grand frère qui lui enseigne tout ce qu’un jeune doit savoir avant d’entrer dans la vie adulte. Il lui fait notamment découvrir des nouveaux groupes qui ne sont pas encore à la mode car il est lui aussi membre d’un groupe local qui croit autant en sa musique qu’en son avenir. La famille pourrait baigner dans le bonheur si le grand frère travaillait un peu plus à l’école et ne manquait pas systématiquement certains cours. Le père ne supporte pas un tel laisser aller et un si flagrant manque d’assiduité et de persévérance dans les études. Chaque vendredi soir quand le grand frère rentre à la maison pour le week-end, la comédie recommence avec sa cohorte d’engueulades et son enchaînement inévitable : reproches du père, arrogance du grand frère, colère du père, désolation de la mère et tristesse du petit frère qui raconte l’histoire et qui voudrait bien trouver une solution pour que tout le monde vive en harmonie.

2018 – LECTURES DE VACANCES : RADIÈRE EN TROIS FAÇONS, une chronique de  Denis Billamboz – LES BELLES PHRASES
Thierry Radière

C’est le schéma classique de la lutte des générations, le père n’aime pas la musique du fils, il ne supporte pas son comportement et son arrogance mais derrière toutes ces altercations, il y a une grande angoisse, l’angoisse que partage de nombreux parents : la peur de voir leur rejeton exclu du monde du travail, sombrer dans la marge du chômage, de la dèche où l’alcool et la drogue sont les seuls stimulants. Comme le livre s’dresse aux jeunes, il comporte une issue pour qu’ils croient encore en leur destin et soient convaincus qu’ils ont un venir à condition de s’en donner les moyens. Au passage, il conseille aux parents d’écouter leurs enfants et de leur laisser la liberté de se construire avec leurs envies, leurs moyens et même leur talent.

Thierry connait bien le problème, il a déjà vu défiler un certain nombre d’adolescents plus ou moins talentueux, plus ou moins travailleurs mais aussi, parfois, mal dans leur peau, mal dans leur famille, …, alors lisons ce texte avec attention.

Le livre sur le site de l’éditeur

Le blog de Thierry Radière

+ + +

Garage, néon, hélicoptère et autres mots d’amour

Balval Ekel

Thierry Radière

Jacques Flament alternative éditoriale

Nouveautés Éditeurs - GARAGE, NEON, HELICOPTERE - Jacques Flament Editions  - BALVAL EKEL RADIERE THIERRY

Après avoir commenté dix-sept livres de Thierry et quatre de Balval, son épouse à la ville, j’ai été ravi de lire et commenter ce nouvel opus où, pour la première fois, ils ont réuni leur plume respective pour répondre à une invitation de leur éditeur qui leur a proposé de choisir quarante mots d’amour et d’écrire chacun pour chaque mot retenu un texte selon leur inspiration. Ils ont relevé le défi, ils ont choisi des mots qu’on ne trouve pas habituellement dans le langage de l’amour : arbres, bars, cuisine, dattes, étranger, garage, hélicoptère, …, des mots qui les rattachent peut-être à leur histoire personnelle. L’éditeur, Jacques Flament, a ainsi présenté chacun de leur quarante textes respectifs en vis-à-vis, les textes de Madame sur la page de gauche, les textes de Monsieur sur la page de droite.

A force de lire leurs textes, je commence par bien connaître la famille Radière car dans chacun de leurs écrits je trouve toujours une tranchette de vie, une anecdote, une allusion, une indiscrétion, une révélation, …, qui évoquent leur vie familiale. Dans cet exercice, j’ai retrouvé beaucoup de choses que je savais mais je me suis surtout attaché à voir comment, eux, ils regardaient, chacun de leur côté, leur histoire, leur rencontre, leur vie en famille, leur façon de concevoir l’existence, …, et le moins que l’on puisse dire c’est que ces deux auteurs semblent très unis dans le couple qu’ils forment, faits pour vivre ensemble en se complétant quand ils ne sont pas absolument d’accord ce qui est presque toujours le cas.

LE FEU SACRÉ ÉDITIONS — BOOKHOUSE BOY #54 | VALÉRY MOLET, écrivain
Balval Ekel

Et pourtant, j’ai trouvé une certaine différence entre eux, celle qui peut exister entre un paysan sédentaire et un nomade de passage, ils sont peut-être d’accord, ils pensent peut-être de la même façon mais leur raisonnement n’emprunte pas le même chemin. Balval appartient au monde ouranien issu du peuple des pasteurs qui suivent leur troupeau en adorant les dieux du ciel, comme Ouranos, qui les guident vers les meilleurs pâturages. Thierry lui appartient plutôt au descendant du monde chthonien, le peuple de ceux qui labourent la terre en adorant les dieux de la fécondité. Ainsi le propos de Thierry est plus centré sur sa famille, ses origines terriennes, les lieux où il a vécu avec ses parents puis avec la famille qu’il a constituée avec son épouse et sa descendance. Alors que Balval laisse plus voguer son esprit vers des lieux lointains, des éléments immatériels : les rêves, les sentiments, les émotions et ses origines qu’elle ne connaît pas très bien. Mais in fine, ils profèrent les mêmes valeurs et, ensemble, ils pourront espérer de belles récoltes et conduire leur petit peuple sous les cieux les plus cléments. Le pragmatisme de Thierry apportera les solutions nécessaires à la réalisation des rêves et désirs de Balval.

C’est un bel exercice littéraire que leur a proposé leur éditeur, il dévoile bien des facettes du couple qui se livre à ce jeu d’écriture en acceptant de se dévoiler un peu.

Garage, néon, hélicoptère - sans botox ni silicone

Le livre sur le site de l’éditeur

Thierry Radière chez Jacques Flament

Balval Ekel chez Jacques Flament

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s