À PROPOS DE PRE de DANIEL CHARNEUX (M.E.O.) / Une lecture d’Éric ALLARD

À propos de Pre

Daniel Charneux  sait, ô combien, embrasser des destinées (de personnages fictifs ou ayant existé), des époques et des contrées. En inscrivant ses personnages dans un cadre strict, référencé, il les fait d’autant mieux exister aux yeux du lecteur.

Pour ne citer que les personnages réels de sa bibliographie, revisités par son imaginaire, il va sans dire, on trouve Ryokan (Nuage et eau, Luce Wilquin), Lady Jane Grey (Si près de l’aurore, Luce Wilquin) , Thomas More (essai-variations, M.E.O) ou bien Mariyn Monroe (Norma roman, Luce Wilquin). En termes d’époque, on peut dire que l’action du présent livre prend peu ou prou le relais de celle de Norma Jean Baker (même si, dans le Norma roman de Charneux, on rappellera que sa Marilyn ne meurt pas à la date officielle de son décès).

L’action de ce nouveau roman se passe à Coos Bay, une ville en Oregon où vit le narrateur, Pete Miller, un ami d’enfance de Steve Prefontaine avec lequel il a très tôt partagé son goût et la pratique de la course à pied. Pete a 68 ans, il est veuf, retraité et a abandonné la compétition vingt ans plus tôt sans avoir renoncé pour le plaisir et l’esprit d’équipe à la course à pied qui « doit rester la plus importante des choses secondaires ».

Après la disparition précoce de Prefontaine, Pete est devenu son mémorialiste, celui d’un grand sportif, mais à l’ancienne, un homme au grand cœur qui pratiquait la course comme un art, dans l’esprit olympique non encore fourvoyé, tout en poursuivant ses études universitaires.

Ce qu’on lit est le Journal qu’a tenu Pete sur une période de trois mois au début de l’année 2020 pour se remémorer le parcours de Prefontaine mais aussi les préparatifs, la constitution de l’équipe des douze relayeurs, plaisamment rassemblés sous l’appellation de « Les Tortues chics », de ce qu’il nomme « sa grande aventure de 2018 », à savoir une course relais, la plus grande du monde, qui participe par ailleurs de la lutte contre le cancer.

« Quand je parle de Steve, j’ai l’impression qu’il suffit que j’ouvre un robinet pour que coulent les souvenirs. (…) Il me semble, à moi, que ces années où Steve et moi entrions dans notre adolescence voyaient déjà la fin d’une utopie. » Les deux amis sont de jeunes ados en 1962 ; ils connaîtront les bouleversements politiques qui secoueront les Etats-Unis des Sixties de la Guerre froide. Et au début de la décennie suivante, Steve Prefontaine sera présent en 1972 dans le village olympique à Munich lors de la sanglante prise d’otages par le groupe terroriste Septembre noir avant, quelques jours plus tard, de terminer quatrième sur le 5000 mètres masculin.

Pour l’anecdote mais pas que, Steve Prefontaine, a participé au début des années 70 au développement de la marque Nike, par l’entremise de son coach, qui en est un des fondateurs. Car Charneux dépeint cette époque charnière où le sport, bientôt cannibalisé par le capitalisme, va perdre son âme et devenir une valeur marchande, jusqu’au jogging, lancé comme une marque de loisirs et sur une méprise, qu’on a un peu vendu comme la forme populaire de la course à pied. Steve, puis Pete à sa suite, à leur manière luttent contre cette emprise commerciale en préservant par tous les moyens la noblesse de l’engagement sportif.   

Un beau livre sur l’amitié qui pose, sous un angle singulier, des questions pertinentes sur le sport mais aussi l’approche de la vieillesse, sur le monde aussi, comme et où il va depuis les années 60, pour proposer des façons de résister à son inhumanité en défendant quelques valeurs éthiques fondamentales.

Le roman sur le livre de l’éditeur 

Daniel Charneux au micro de Thiery Bellefroid pour parler de son roman    

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s