DEUX JEUNES POETES ITALIENS (poèmes traduits par Philippe LEUCKX)

Philippe Leuckx (auteur de D'Enfances) - Babelio

Philippe LEUCKX

PAOLO COSCI

Sorelle stelle | effigie edizioni

Maintenant tu sais

que le vide est ce plein plus tremblant

que toute poésie scintille à partir d’une déchirure –

tu cherches les symptômes

avant que le rythme les agrège –

la parole rétrograde au stade minéral

criblée par la première obscurité.

+ + + + + + +

ALESSANDRO GRIPPA

Alessandro Grippa - da "Alcuni primi posti" - Atelierpoesia.it

Les mots

La langue se ferme sur le pré.

Tu veux l’écrire (et elle est ridée et brille dans la première chaleur)

mais les mots ne te reconnaissent pas

en les pensant tu t’endors dans cette position au creux de la vallée étroite et légère. Etroite et légère la voix qui affirme les images vues en rêve;

 les yeux à l’intérieur de l’ombre tendre; c’est un jour lumineux;

les échanges de fourmis, les voix des parents au salon se mêlent au rêve. Maintenant que tu es éveillé, tu te surprends au miroir;

connu qui hésite à travers les draps, opaque (et est opaque le cliquetis qui tombe de la gouttière).

Tu te vois aller vers la fenêtre, l’ouvrir. Respirer.

Tu voudrais parler au vide de la fenêtre tu voudrais dire le vide

du pré, du ciel; de la hauteur du vent qui balaie tout ce qui balaie.

Tu voudrais mais tu ne possèdes pas

les mots pour ce qui manque.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s