Très beau film iranien d’ASGHAR FARHADI : LE CLIENT (2016) / Une chronique de Philippe LEUCKX

Le Client - Film (2016) - SensCritique

Très beau film iranien d’Asghar FARHADI : « Le client » (2016). Une fable sur la vie, la mort, la culpabilité, la vengeance, le pardon.

Un couple a dû, à cause des risques d’écroulement, changer d’immeuble à Téhéran. Il occupe un appartement dans un quartier peu accueillant. Un soir, alors qu’elle est seule, la femme, Rana, se fait agresser. Un inconnu s’est introduit chez elle et l’a brutalisée.

Elle ne veut pas porter plainte et continue ses prestations théâtrales dans une pièce montée par une bande d’amis et connaissances. Son mari Emad, professeur de lettres, interprète l’un des rôles majeurs de « La mort d’un commis-voyageur ».

De la réalité à la fiction, les thèmes se court-circuitent et le spectateur suit avec intérêt les aléas d’un couple et l’événement perturbateur qui le fait vaciller. La rumeur, la discrétion dans la vie privée, le moralisme assumé de certains, l’enquête sur tout un chacun : les sujets renforcent l’acuité du film tendu et austère à plus d’un titre.

Avec beaucoup de réalisme, Farhadi livre un portrait sans concession du monde moderne et alerte les consciences : sommes-nous toujours dans notre droit? avons-nous la liberté totale d’agir?

Les interprètes sont à la hauteur des enjeux.

Les milieux décrits (un théâtre amateur, deux immeubles gris, une salle de classe, la morne Téhéran) ajoutent au désarroi ressenti : comme la victime agressée, fragile et vulnérable, l’être humain parcourt ses limites et ses chances. La grande qualité du film, assez entomologique, est de les révéler sous un jour qui ne soit pas pur pessimisme.

Fêté par deux prix à Cannes 2016 (pour le scénario et l’interprète masculin), le cinéaste présentait cet été au festival sa dernière production « Un héros » (2021), opus reparti avec un Grand Prix Spécial du Jury, l’équivalent de la palme.

Asghar Farhadi est né en 1972 et est l’auteur entre autres de « Une séparation », « Le passé », également projetés dans les festivals.

A (re)voir sur Auvio en version française jusqu’au 3 août via ce lien

Ashgar Farhadi au micro d’Olivier Père à Cannes en 2016 pour parler de ce film

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s