2021 – LECTURES DÉCONFINÉES : UNE NOUVELLE MAISON D’EDITION POUR DES PRODUITS NOUVEAUX / La chronique de Denis BILLAMBOZ

DENIS BILLAMBOZ

Le Label dans la forêt maison d’édition spécialisée dans l’édition de livres CD pour les enfants vient de créer une nouvelle maison d’édition, Phonofaune, destinée à la publication de livres CD pour, cette fois, des adultes. J’ai reçu les deux premiers titres que je présente ci-dessous, l’influence du jazz y est très prégnante, les amoureux apprécieront surtout s’ils sont fans de jazz moderne. Pour le texte, les deux albums sont très différents pour en tirer une impression générale, le texte du premier est très militant ; celui du second est plus orienté vers la création musicale.

= = =

Je suis sur des braises en attendant ton retour

Dominique Sampiero (poèmes)

Sébastien Texier & Christophe Marguet quartet (musique)

Sylvie Perdrix (dessins)

Phonofaune

Le Label dans la forêt qui s’est fait une belle réputation dans l’édition de livres-disques à destination des enfants a créé une nouvelle maison d’édition, Phonofaune, spécialisée elle aussi dans l’édition de livres-disques mais cette fois à l’intention des adultes, « des objets hybrides à la mesure de l’imagination associée des musiciens, auteurs et animateurs ». Pour inaugurer cette nouvelle maison, les créateurs ont fait appel au Sébastien Texier & Christophe Marguet quartet pour la musique, à Dominique Sampiero pour les poèmes et à Sylvie Serprix pour les dessins. Ils ont réuni leurs talents respectifs pour produire un ouvrage militant à la gloire de ceux qui luttent pour la liberté à travers une dizaine de causes qui y sont rattachées.

Dans ce livre-disque, on retrouve une sélection de personnages particulièrement emblématiques de la lutte pour la liberté sous toutes ses formes :

Claudia Andujar, née à Neufchâtel d’un père hongrois et d’une mère suissesse qui a émigré au Brésil après avoir connu une vie très agitée et très douloureuse, où elle défend la cause des peuples autochtones particulièrement les Yanomamis. « Tu viens les sauver / tu viens nous sauver, Claudia ».

Aimé Césaire, le célèbre poète antillais, grande voie de la négritude. « Tu rêvas … / et surtout Aimé / aux doigts assassins des peuples / poème à la couleur / de leur sang sur tes épaules ».

L’inconnu de Tien Anmen, le Chinois qu’on a vu dans tous les médias s’opposant mains nues à un char militaire lors du conflit qui a opposé les jeunes aux forces du pouvoir sur la célèbre place de Pékin. « Un nuage ? / un rêve ? / un homme ? ».

James Baldwin, écrivain américain défenseur de la cause des Noirs. « Noir gardien des âmes, noir blues pour l’homme blanc noir homme qui meurt ».

Louis Coquillet, jeune résistant français fusillé à vingt-et-un ans par les Allemands. « J’ai joué, j’ai perdu, je saurai payer. / Adieu et courage, il est quinze heures moins le quart c’est à 5 heures de la fin. »

Gisèle Halimi, célèbre avocate qui a longtemps plaidé la cause des femmes.  « La résistance au sexisme / a fait de vous une âme engagée ».

Rosa Parks, figure emblématique de la lutte contre la ségrégation raciale aux Etats-Unis. « Monte encore la garde / dans nos rêve Rosa s’il te plaît ».

Sitting Bull, le célèbre chef sioux qui a infligé une cuisante défaite aux troupes du Général Custer chargées d’accaparer les terres de sa tribu. « Sitting Bull Sitting Bull / après l’or des Black Hills / le cancer du pouvoir et de la convoitise / qui font de toi un migrant dans ton propre pays / … ».

Olympe de Gouge, précurseur de la défense de la cause des femmes. « Acceptez que nous ne puissions venger / mais honorer ici votre mémoire / … ».

Simone Weil dont tout le monde connaît la vie et les actes. « Je m’incline devant tes migraines épouvantables / tes vertiges entre la pesanteur et la grâce / … ».

Et pour finir « tous les combattants pour la liberté » qui n’ont pas pu être cités dans cet ouvrage.

Ces hommages sont rendus sur une musique douce, rythmée, qui swingue pour faire oublier la violence qui meuble chacune de ses luttes ; par les mots de poésies remplies de tendresse, de tristesse et de mélancolie mais jamais de rage ni de haine et par des dessins comme des icônes qui reflètent la douleur que chacun de ces héros eut à supporter. Trois arts majeurs, à la fois visuels et auditifs, qui donnent un relief particulier à ces hommages. Il est rare de trouver des documents qui associent ses trois disciplines sur un même support surtout quand il s’agit d’ouvrages militants mettant la culture et l’art au service du devoir de mémoire et de la commémoration des luttes menées par les héros de la liberté.

Ce livre n’est pas seulement un magnifique objet, c’est un fabuleux hommage rendu aux combattants de la liberté

« Liberté, liberté chérie / je suis sur des braises / en attendant ton retour ».

Le livre-disque sur la page Facebook de Phonofaune

+ + +

Artisticiel

Bernard Lubat

Gérard Assayag

Marc Chemillier

Phonofaune

Livre-disque : plongée dans les cyber-impros de Bernard Lubat - Prologue,  l'e-media d'ALCA | ALCA Nouvelle-Aquitaine

Artisticiel, le deuxième livre CD édité par la nouvelle maison d’édition Phonofaune spécialisée dans ce type de produits, évoque à la fois l’artiste, le musicien jouant sur son instrument, et la musique artificielle, celle qui est composée par un appareil électronique, en l’occurrence un ordinateur. Artisticiel est déjà un très bel ouvrage en papier glacé garni d’une couverture très solide, il se compose d’un livre et d’un CD. On pourrait dire aussi que ce titre rime avec ciel, le ciel des artistes et des compositeurs de musique.

Le livre concerne surtout les gens comme moi qui ne connaissent rien à la musique artificielle, à la musique électronique, à la fusion de la musique instrumentale avec cette nouvelle musique issue des nouveaux outils informatiques. Il est rédigé en deux versions française et anglaise, il comporte sept parties : des réflexions, des entretiens, des guides d’écoute et une notice des pièces musicales proposées. Il comporte ainsi sept chapitres consacrés à la musique, à Bernard Lubat, à la cocréation évoquée par George Lewis, à une rencontre avec Bernard Lubat au sujet de la musique et des mathématiques, au jazz et à l’intelligence artificielle, à la cocréativité hommes-machines et enfin un dernier chapitre évoquant les hommes et l’intelligence artificielle. Il est complété par un cahier de photos des performances live et des expériences pionnières exécutées dans les années quatre-vingt.

Le CD comporte neuf plages de longueur très variable allant de trente-deux secondes à plus de dix minutes, chacune d’elles comporte une musique originale issue de la fusion d’un morceau de jazz avec une musique produite par un ordinateur équipé de trois logiciels spécifiques : OMax, Djazz et SoMax, décrits dans le livre. Une musique qui ne semble pas être une fin en soi, une création définitive, mais plutôt une recherche, une exploration un chemin vers une nouvelle forme d’expression musicale qui n’en serait qu’à son balbutiement. J’ai pensé au travail effectué par Philippe Jaffeux pour numériser la littérature et je serais curieux d’entendre la lecture d’un poème de Philippe mis en musique par l’équipe d’Artisticiel. Un nouvel air musical est en cours de gestation, les auteurs de ce disque font partie des précurseurs de cette nouvelle forme musicale. Bernard Lubat le dit autrement : « La Musique ? Depuis toujours je la cherche … Fuyant joyeusement ceux qui disent l’avoir trouvée… J’improvise donc je bifurque. Où vais-je ? Je n’en sais rien. Ci-joint quelques traces de chemin ».

Ce travail de production musicale et d’écriture est le fruit de la collaboration des membres d’une équipe polyvalente composée de Bernard Lubat, musicien « poly-instrumentiste » de formation mais aussi artiste éclectique qui a beaucoup expérimenté ; Gérard Assayag, informaticien spécialisé dans la recherche en informatique musicale ; Marc Chemillier spécialiste en informatique musicale issu d’un formation musicale classique, il est agrégé de musique. Les recherches de ce trio sont complétées par les contributions de Georges Lewis, « compositeur, musicologue, artiste d’installation et tromboniste américain ».

Cet exposé sur l’évolution de la recherche musicale entreprise par ce trio est complété par une réflexion de Gérard Assayag sur le rapport entre l’homme et l’intelligence artificielle dans tous les domaines de la vie : politique, économie, commerce, activités artistiques, sports, etc… Un monde nouveau s’ouvre, aux hommes de savoir l’explorer sans se laisser griser au risque de tomber dans les pires chausse-trappes. Des expériences néfastes ont déjà été entreprises… !

Le livre-disque sur la page de Phonofaune

L’album sur Youtube

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s