L’AFSCLA RETIRE DE LA VENTE TOUTE UNE SÉRIE DE LIVRES

L’AFSCLA (Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Littéraire Alimentaire) rappelle toute une série de produits littéraires de seconde nécessité.

En cause une trop forte teneur en philosophine, un additif qui pourrait provoquer migraines, nausées ou vertiges chez le lecteur de littérature feelgood

Emoi chez les libraires et les critiques. Les un(e)s comptaient se faire un peu de liquidité, les autres espéraient se ménager une pause de lecture en cette période chargée en faisant passer sous une critique standard tous ces ouvrages à l’intrigue uniforme et aux personnages communs.

Des dizaines de maisons d’édition (dont le nom apparaît pour la première fois dans les médias) sont concernées: L’Arbre à bafouilles, Bouts de ficelle, La Feuille à lettre, La Plume écarlate, Poussière de papier, Mine de rien j’édite, Les Auteurs du Bois joli, Paperasses & fonds de tiroir, L’Arche de K-Noë, L’Ouvre-Bouteille à l’encre, La Rose des pages blanches, Le Chêne et l’Aloyau, Le Vent dans les arts, La Cordée des Ecrivains, Médianes et méridiennes, L’Ortie rouge, La Muse salope, La Montagne de mots d’auteurs, Ecrits scouts, Le Miel des abbés, La Machine à publier… 

DERNIÈRE MINUTE : Albin Michel profite de ce rappel pour retirer de la vente tous les exemplaires du nouveau livre d’Amélie Nothomb.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s