CENDRES d’Anne DUVIVIER (M.E.O.) / Une lecture de Philippe LEUCKX

Le quatrième roman d’Anne Duvivier est un pur bonheur de lecture de vacances, une divertissante commedia all’italiana, puisque l’intrigue se déroule surtout à Ischia, dans le bourg de Sant’Angelo.

L’auteure a imaginé une histoire assez rocambolesque où deux soeurs, Lila et Violette, et leur cousine Hélène partent en baie de Naples pour exaucer le voeu de Robert Lepage d’y voir ses cendres dispersées.

Robert est l’oncle qui s’est bien occupé de ses deux nièces, après la mort de leur père Jacques, brûlé vif dans l’incendie de l’Innovation à Bruxelles.

Sur place, rien ne se passe comme souhaité mais les trois femmes ne sont pas au bout de leurs surprises.

Enjoué, vif, fluide, le roman se lit vite et il y respire un air – assez rare – de légèreté mâtinée de gravité. Les scènes sont bien croquées et le suspense maintenu car il y a plusieurs coups de théâtre. L’air de fête et de dépaysement comble le lecteur comme il trouble les personnages.

L’écriture d’Anne Duvivier, en 22  chapitres, réussit à donner consistance à cette histoire qui mêle secrets de famille et entreprise délirante.

Le livre, une fois refermé – il est bref -, un charme de vacances éveille le lecteur à la vacance heureuse d’une bonne villégiature italienne.

Anne DUVIVIER, Cendres, M.E.O., 2021, 108p., 14€.


Le roman sur le site de M.E.O.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s