L’ILLUSION

L’Illusion était située au cœur de la ville, entre le palais des glaces et le musée de l’amour.

Parce qu’elle était très courue, et pour la préserver des marques d’adulation, les autorités avaient préféré l’enclore. Les touristes pouvaient toutefois la nourrir derrière les barrières, de leurs opinions communes, de leurs vains espoirs, de restes d’utopie. L’illusion se nourrissait de tout, c’était le secret de sa longévité. Elle avait aussi un pouvoir d’adaptation extraordinaire.

Je passais devant elle à la nuit tombée pour me rendre à la maison du Rêve. À cette heure, repue, elle n’acceptait plus rien de personne. De toute façon, je n’avais jamais rien eu à lui offrir.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s