LA FABRIQUE DES MÉTIERS – 104. RAFLEUR DE MUSES

GRIFFONNADE 306 : Les neuf Muses de la mythologie grecque - GRIFFE DES MOTS

Tous les poètes ne sont pas des saints, et j’en connais même de fourbes. Mais, dans l’ensemble, ils savent se retenir – de passer pour des romanciers rentrés.

Il faut se méfier de ceux qui ne paient pas de mine (ils ont vendu leur crayon aux plus offrants) et rasent les murs des maisons de la poésie qui menacent ruine.

Pour contrer et mieux contrôler ces trafiquants d’inspiration, La Fabrique des Métiers a encadré la pratique. Désormais le rafleur de muses connaîtra l’argent propre, lui qui a vécu à la fortune du mot et au petit bonheur la stance.

Les poètes sont peu précautionneux, limite distraits, cela fait partie de leur profil attitré, dont certains surjouent : ils laissent traîner leurs muses ici et là, dans une boîte à lyres ou une brocante de marché de la poésie, après en avoir nonchalamment abusés. Les muses usées végètent sous les ponts de la littérature commerciale et certaines (en)filent un mauvais coton(-tige) avec leur tenue dépenaillée et leurs bouches à damner un vieil auteur de littérature pour ados.

Le rafleur de muses balaie sous les tapis des poètes reconnus (par une Académie ou l’autre) et recueille, avec un balai à lais et un ramasse-odelettes, la poussière de vers, la cendre des feux d’esprit, encore brûlante, encore soufflante.

Avec les muses au rabais, en fin de course, mais requinquées après avoir obtenu une incroyable transformation (maquillage, coiffure, relooking), le rafleur joue à la roulette littéraire et gagne une suite de publications, parfois cinq à la suite, comme dans Questions pour un poète champion. Il exulte, il délègue à des poètes dans le besoin – contre des faveurs que le code de conduite de La Fabrique nous empêche de divulguer – qui débutent dans le métier, en sont encore à travailler leurs imparfaites métaphores, à ajuster leurs mots à la musique intrinsèque du poème (ils auraient besoin de passer chez l’orthophoniste de la maison de la poésie de leur quartier), à toujours versifier sous contrainte alors que le vers libre est centenaire et que Le tôlier Le Tellier de l’Oulipo est passé de l’autre côté de la force commerciale – en remportant le Goncourt.

Pour en finir avec le rafleur de muses – qui finira à coach littéraire -, précisions qu’il recycle l’énergie fossile inspirationniste pour en faire des panneaux poético-voltaïques, des éoliennes à plumes, des toitures électriques sous haut tenson.

Le rafleur de muses travaille pour l’industrie de l’imaginaire, il joue son avenir professionnel sur un coup de lettres. Il peut faire gagner gros à la maison d’édition qui l’emploie et renflouer les caisses des sociétés d’auteurs de poèmes, tout bénéfice pour le contribuable qui pourra, à la place, rembourrer les finances des sociétés de gilles sur la paille.  
 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s