2022 – EN ATTENDANT LE PRINTEMPS : LEÇON D’APHORISMES / La chronique de Denis BILLAMBOZ

DENIS BILLAMBOZ

Profitons de quelques soirées encore un peu longues pour prendre le temps d’étudier l’art d’inventer des aphorismes après avoir lu des ouvrages de deux maîtres de cette forme littéraire : tout d’abord l’intégrale des aphorismes de Louis SCUTENAIRE rassemblée par Jean-Philippe QUERTON et, ensuite, le dernier recueil d’André STAS publié par le même Jean-Philippe dans sa prolifique collection des P’TITS CACTUS. Une leçon qui sera avant tout un grand moment de plaisir de lecture et de franche rigolade.


J’ai quelque chose à dire. Et c’est très court.

Louis Scutenaire

Cactus Inébranlable Éditions



La réputation de Jean-Philippe Querton, spécialiste de la littérature courte et même très courte, a franchi les contours des amateurs du genre depuis plus de dix ans maintenant qu’il édite régulièrement d’excellents ouvrages de ce genre littéraire. Après avoir publié deux pavés de référence : « Belgique, terre d’aphorismes » (Anthologie subjective) concoctée par Michel Delhalle et « Silence, Chavée, tu m’ennuies », 1031 aphorismes qu’il a lui-même rassemblés, il s’attaque à un autre monument de la littérature belge, un autre monstre sacré de la littérature ultra courte, une icône du surréalisme : Louis Scutenaire. Comme il l’écrit dans son préambule : « Cette compilation qui se voudrait anthologie complète mais ne le sera pas vu l’ampleur des écrits de Louis Scutenaire a pour but de proposer aux lecteurs de revisiter l’œuvre de l’auteur par la lorgnette des aphorismes, des fragments, des éblouissantes et percutantes réflexions qui ont traversées son esprit entre 1943 et 1967… ». Une œuvre gigantesque, un travail titanesque, un ouvrage de référence de plus à l’actif de Cactus inébranlable éditions et de son maître et fondateur.

Cet ouvrage monumental comporte « Mes inscriptions », l’œuvre emblématique de Louis Scutenaire qui sera donc ainsi disponible dans un seul et même ouvrage, mais pas seulement, Jean-Philippe a fait de nombreux ajouts qui rendent cet ouvrage indispensable a ceux qui voudrait découvrir ou mieux connaître cet auteur. Il a tout d’abord sollicité Xavier Canonne pour la rédaction d’une préface intitulée « Ses inscriptions » qui explique ce que sont ces fameuses « inscriptions », comment Louis Scutenaire a travaillé et qu’elles ont été ses sources d’inspiration. Suit ensuite une série d’« Evocations », une compilation des réflexions sur l’auteur et son œuvre rassemblées par l’éditeur lui-même. Parmi ses évocations figurent des écrits de Sophie Buyse, Alain Dantine, Frédéric Dard, Michel Delhalle, Roger Goossens …

L’éditeur a aussi inclus des écrits de Scutenaire lui-même : « Scut par Scutenaire », des textes courts, très courts, sur son propre personnage, mieux que n’importe quelle biographie, et « Scut à propos de ses inscriptions », l’avis de l’auteur sur son œuvre toujours à travers des textes courts. Pour compléter cet ouvrage, Querton a ajouté, à la fin, une « Galerie de portraits » dépeints par Scutenaire : Guillaume Apollinaire, Louis Aragon, Charles Baudelaire, Louis-Ferdinand Céline, etc… Il a aussi fait figurer dans cet ouvrage, des fragments de Scutenaire concernant le surréalisme : « Sur le surréalisme et les surréalistes ». Pour conclure ce vaste panorama sur Scutenaire et son œuvre, l’auteur de cette compilation a ajouté à la fin de l’ouvrage la transcription de deux entretiens que Scutenaire a eu, l’un avec Christian Bussy en 1969 à propos de sa bibliothèque, l’autre avec le même Bussy, en 1972, plus généralement sur sa vie et son œuvre.

Il est bien difficile de parler de cet ouvrage tant il est vaste, C’est une véritable encyclopédie sur Scutenaire : sa vie, son œuvre, ses lectures, celles qu’il a appréciées, celles qu’il a moins appréciées, celles qu’il a lues, celles qu’il a collectionnées, celles qu’il n’a pas beaucoup aimées, celles qu’il n’a pas eu envie de lire. Pour ma part, j’ai lu avec attention toutes les parties ajoutées et quelques dizaines de pages concernant « Mes inscriptions », réservant les autres pour les lire comme on déguste des friandises : en piochant quelques pépites de temps à autres pour les déguster avec gourmandises et faire durer le plaisir le plus longtemps possible.

Ce fut un grand plaisir pour moi de pénétrer aussi profondément dans la vie et l’œuvre de cet auteur dont je connaissais jusqu’alors que l’immense réputation. Je crois que tous lecteurs de la littérature de forme courte, nous pouvons remercier Jean-Philippe Querton pour l’énorme travail de compilation et d’édition qu’il a réalisé pour publier cette quasi-anthologie consacrée à ce maître du surréalisme. Et, espérons que cette citation de Frédéric Dard placée en exergue à cet ouvrage : « Qui a entendu parler de Scutenaire dans cette République des Lettres à responsabilité limitée ? Il n’est pas méconnu : il est ignoré », devienne à jamais obsolète !

L’ouvrage sur le site du Cactus Inébranlable


Tout est relatif (et tondu)

André Stas

Cactus Inébranlable Editions


Dès la lecture des premières pages de ce nouveau recueil d‘aphorismes d’André Stas, j’ai vu que les aphorismes évoquant l’art d’écrire des « aphorismes » étaient récurrents. J’ai ainsi eu l’idée d’en relever un certain nombre afin de rédiger, à mon intention et par la suite à celle des lecteurs de mes propos, un petit guide du bon usage et de la bonne rédaction des aphorismes. André Stas étant un maître ne la matière, je ne prenais aucun risque de transmettre de mauvais conseils.

J’ai tout d’abord retenu que pour réussir un bel aphorisme, il faut aimer les mots :

« Les mots adorent jouer avec moi. »

« J’écris des aphorismes, je baise mes mots »

Il faut aussi savoir ce qu’est un aphorisme, à quoi il est destiné, comment l’utiliser, là encore les conseils d’André sont fort précieux :

« Les proverbes sont la sagesse des nations, les aphorismes leur dissipation. »

« Le poème est une pomme. L’aphorisme le serpent »

« Poèmes, flocons de neige ; aphorismes, averse de grêlons. »

« L’aphorisme est un pet de travers, la luna storta, comme on dit en Italie. »

« Les recueils d’aphorismes sont des œuvres de cabinet. »

Munis de ces précieuses indications, il faut aussi comprendre comment construire un aphorisme, ce qu’il faut rechercher, qu’elle forme lui donner :

« Amélioration de l’aphorisme : Expéditif, succinct, fugitif, concis, court, limé, zen, nu. »

Mais attention, il faut sortir des notions académiques et bien comprendre que l’aphorisme a lui aussi, un caractère, un esprit, des humeurs :

« L’aphorisme : un jour cinglé, un jour cinglant. Au mieux les deux en même temps. »

« Je caressais un aphorisme qui soudain me mordit. »

« Certains aphorismes font preuve d’une folle sagesse. »

Quand et comment écrire un aphorisme, ce sont des questions d’importance, il faut savoir viser juste, ajuster son aphorisme avec précision, bien connaître la cible et ne ma lésiner sur les assaisonnements :

« Si tu en penses du bien, écris du bien. / Si tu en penses du mal, n’écris pas. / Mais rien n’est jamais parfait ni indigne d’intérêt. »

« Glissez, aphoristes, chatouillez où ça fait rire sinon tiquer, n’appuyez que là où ça fait mal. »

Mais, attention à ne tomber dans les effets de mode, à ne pas en faire trop, plutôt faire peu mais bien que beaucoup et quelconque :

« La mode des aphorismes c’est comme les puces, les vide-greniers. Comme diraient les brocanteurs, parmi la drouille, quelquefois des Chopins. »

Munis de ces précieux conseils, nous pouvons nous lancer dans la rédaction de beaux aphorismes plein d’esprit, il suffit juste que dame inspiration se manifeste mais elle bien capricieuse.

« C’est souvent au moment où l’on s’y attend le moins qu’un aphorisme déboule. »

Madame vous a visité, vous avez suivi les conseils du maître, vous avez pondu de beaux aphorismes, vous êtes plein de fierté de les avoir écrits, vous désirez ardemment les semer au vent des poètes, alors vous aurez peut-être la chance de les voir pousser dans le champ de Cactus…

« Qui sème l’aphorisme récolte le Cactus inébranlable. »

Le recueil sur le site du Cactus Inébranlable

Le CACTUS INEBRANLABLE S’EXPOSE au Daily-Bul & Co à la Louvière jusqu’au 17 avril 2022


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s