2022 – EN ATTENDANT LE PRINTEMPS : LUCIDITÉ OU PESSIMISME EXTRÊME / La chronique de Denis BILLAMBOZ

DENIS BILLAMBOZ

Dans cette chronique j’ai rassemblé deux nouveaux recueils d’aphorismes qui évoquent le monde tel que leur auteur respectif le perçoivent : la crainte de ne jamais le voir meilleur pour l’énigmatique MIX Ô MA PROSE ou carrément noir et désespéré pour Gabriel NONCRIS. L’aphorisme permet d’exprimer tous les états, tous les sentiments, toutes les émotions, etc… il peut donc bien être utilisé par ceux qui veulent exposer leurs craintes et leurs impressions sur le monde tel qu’il est et tel qu’ils craignent qu’il devienne.


Circonstances exténuantes

Mix ô ma prose

Cactus inébranlable


Dans cette collection, c’est la deuxième apparition de cet auteur au pseudonyme si particulier, je pense toujours à la fameuse maladie qui affecte principalement les lapins, j’ai déjà eu le plaisir de lire son précédent recueil « Tout est provisoire, même ce titre ».

Dans ce nouveau recueil, il évoque :

L’espoir en des jours meilleurs qui ne le convainc pas spécialement :

« Vaut mieux un présent qui fredonne / Que des lendemains qui chantent. »

« Le champ des possibles / N’est plus qu’un terrain vague à l’abandon »

Les errements de ceux qui essaient de nous diriger :

« Les mesures qui sont prises / Ne sont jamais à notre taille. »

« Sans doute que je suffoque / Parce qu’ils ne manquent pas d’air. »

« On a mis le paquet / Et ce n’était pas un cadeau. »

Il décoche aussi quelques traits d’esprit qui m’ont fort amusé :

« Et si le sujet qui fâche était un adjectif ? » Voilà une question qui est bien bonne !

« Mauvaise nouvelle : / L’avenir nous appartient. » Et voilà une nouvelle qui l’est moins !

Et nous rappelle quelques fondamentaux :

« Pourquoi faire long / Quand on peut couper court ? »

Il se laisse même aller à un brin de dérision :

« Je ne suis pas bien cuit / Normal j’ai toujours été à côté / de la plaque ! »

Et un peu d’ironie qui ne fait jamais de mal à personne :

« Que les singes se rassurent / ils ne descendent pas de l’homme. » Est-ce vraiment une coïncidence que cet aphorisme apparaisse à la troisième position de la page quarante-neuf, il serait donc le fameux 49-3 de l’auteur, celui qui décide tout tout seul !

Voilà un joli recueil plein de satires, de critiques à peine déguisées, de perspicacité, de mots d’esprits tranchants, de drôlerie et de finesse. Alors que Mix mixe encore et toujours les bons mots pour le plus grand plaisir des lecteurs.

Le recueil sur le site de l’éditeur


La mort ne porte pas de talons aiguilles

Gabriel Noncris

Cactus inébranlable

Avant de lire ce recueil, il importe de prendre connaissance de l’avertissement proposé en préambule par l‘éditeur : « Les vues et opinions exprimées dans ce présent ouvrage sont ceux de personnages fictifs et ne sauraient donc être imputables à l’auteur… ». Ce texte est un document trouvé aux côtés d’un quidam décédé, par un passant qui a tenu à informer les lecteurs éventuels de la dangerosité que comportait la lecture de cet ouvrage. « Prends garde, donc, réfléchis bien à ce que tu vas faire ; si tu poursuis ta lecture, tu fais le choix de t’engager dans des ténèbres opaques et hideuses dont tu n’as pas encore idée… ». Gabriel Noncris a prêté sa plume à un certain Claude qui a écrit ce qui précède après avoir lu ce qu’un certain Christian a écrit avant de mourir (de se suicider ?) en laissant auprès de lui un coffret contenant le fruit de son écriture. Un fruit dangereux.

Gabriel Noncris, selon le préfacier, Théophile de Giraud, est un auteur qui « pratique avec un art peu commun ce plaisir que Baudelaire qualifiait d’aristocratique : celui de déplaire ». Il entraîne le lecteur au tréfonds de textes abyssaux, nihilistes, cyniques, morbides, tristes et désespérants. D’autres qualificatifs tout aussi négatifs et affligeants pourraient être ajoutés encore à cette sombre liste. Noncris est un philosophe du néant, du morbide, de l’échec de la vie sur terre, de l’incapacité des hommes, de la négation des religions, de l’inéluctable suicide, …, il ne croit en rien ! Les aphorismes qu’il prête à Christian, le personnage qu’il a créé pour la rédaction de ce livre, le démontrent à longueur de pages.

Ces aphorismes évoquent une volonté destructrice :

« J’aime les gens heureux : il reste en eux quelque chose à détruire. »

« Ne pas jouir, c’est rater sa vie ; ne pas se suicider c’est rater sa mort. »

« Le suicide est le seul acte que l’on peut véritablement qualifier de révolutionnaire : seul un mort ne participe plus au réel. »

La médiocrité de l’humanité :

« Le seul remède contre la médiocrité, c’est le cyanure. »

Le rejet des autres :

« Tout Homme qui ne haït pas est soit un saint, soit un imbécile. »

Le rabaissement de la femme :

« Religieuses ou prostituées, – le destin des femmes semble d’être à genoux. »

La négation des religions :

« Vu l’état du monde que Dieu gouverne seul l’archange maudit est digne de nos prières. »

La vacuité de l’écriture et de la philosophie :

« Les philosophes et les écrivains sont des fanfarons qui parodient la souffrance humaine comme les singes imitent les Hommes. »

Christian, cet écrivain fantôme de Noncris, dont le désespoir est absolu et l’attirance funeste pour le néant irrépressible, se réfère souvent à Cioran, Nietzsche, et même Nihil Messtavic pour écrire ses aphorismes négatifs, suicidaires, morbides, … Mais n’oublions pas que Noncris, sous son propre nom, a lui-même écrit le manifeste pour « Le droit au suicide indolore » que certains peuvent accepter surtout si comme Christian il « … rêve d’une mort au goût de framboise ». A L’heure où le débat sur l’euthanasie ou le droit de mourir dans la dignité est à nouveau en plein débat, d’aucuns penseront certainement comme Christian le porte-plume : « A défaut d’avoir choisi de naître, ayons le choix de mourir en douceur ! »

Le recueil sur le site de l’éditeur

Le CACTUS INEBRANLABLE S’EXPOSE au Daily-Bul & Co à la Louvière jusqu’au 17 avril 2022


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s