PEAU de MANON GODET (Ed. du Cygne) / Une lecture d’Éric ALLARD


Je ne crois qu’en vous

Vous les mots.

Vous les images, les étoiles.

Vous les fils que nous tissons de nos doigts pour que le sang coure de veine en veine.

Ouvrir la toile.
Faire parler la peau.

Faire parler ma peau.

Le texte d’ouverture donne bien le ton de l’ensemble constitué de trois sections, Prière de toucher, Take me home et La Lavande.

Les textes-poèmes formant chacun une entité verbale nous entraînent dans un espace de sensations jouant sur les couleurs, les temps, les personnages. Ecrits à la première personne, ils nous surprennent tout du long en rebattant sans cesse les cartes du thème dans un jeu poétique magistralement conduit, qui plus est par une poétesse dont c’est le premier texte publié.

Des correspondances se tissent, se défont, au fil des séquences. Des silhouettes plus ou moins imaginaires, comme des costumes, que la narratrice revêt, se dessinent pour dérouler le spectacle d’un théâtre intérieur : Jaime, Aline-Aimée, sa compagne décédée, mais aussi Romane, Violette.

Des prénoms comme des surnoms affectueux. 

Je suis faite de sel. Je retire le costume de la peau de ma Romane imaginaire.

Il glisse sur mon corps.

La peau y est porte, tissu du texte à dire. Elle est le lieu poétique qui permet l’expression du traumatisme, de la sensation et, donc, de la poésie.
C’est autant le réceptacle des joies que de celui des blessures, un lieu ouvert mais fragilisé du fait même de son exposition à l’air, à la vue et au contact des autres. Appât ou rempart, la peau se prête aussi bien aux caresses qu’aux agressions.

La peau est aussi bien ce qui enferme le corps, les grilles d’une cage, ce qui enserre et enjoint l’intériorité psychique et les souvenirs. L’histoire qui s’écrit sur le corps se grave dans la peau. Elle est surface autant que profondeur. Ce qu’il y a de plus profond en l’homme, c’est la peau, a écrit Paul Valéry.

Manon Godet exprime dans son texte cette polysémie de la peau ultrasensible.
La peau n’est pas dénuée d’épines virtuelles qui maintiennent à distance de l’autre. Par elles, la peau génère sa propre insensibilité, le repli du corps du domaine social.

Les hérissons mangent des roses pour accélérer la pousse de leurs épines.

Plus loin, elle écrit :

Mes épines ne sont pas pour eux. Elles sont pour moi.

Elles tuent mes sens.

L’eau est omniprésente. L’eau qui peut noyer, certes, mais qui permet aussi la fluidité, les écoulements, les métamorphoses.
Ainsi, la peau sert à l’opacité comme à la transparence.

Seule la nudité exclut le mensonge : Un mensonge ne tient pas devant un corps nu.

L’exercice d’écriture poétique consiste à permettre à l’ « empire de mots sous la peau » d’accéder aux chemins de l’écriture, de « trouver le corps du rêve ». De « rendre un Je. » Et de faire revivre la peau qui a pu, qui a dû mourir bien des fois.

Dans ces vers aux phrases mêlées, la cruauté voisine avec l’extrême douceur.

Dans la seconde section intitulée Take me home, le récit se resserre autour des personnages d’Aurore et de Mahaa mais aussi de Niniel et d’Alma.

Aurore, c’est la lumière de l’or : Aurore danse au milieu des flammes.
Elle renvoie aux dents jaunes de l’homme à la barbe qui pique.
Les épines du hérisson de la première partie font ici écho à la barbe qui pique de l’homme.

Il a laissé un hérisson mort dans mon vagin

Les mots sont forts, perturbants, à la hauteur du traumatisme rapporté.

On y retrouve aussi l’eau et le feu, la peau, le peu, et le pleut.

Mahaa brûle. Aurore pleut. Je crie.

C’est la même Aurore qui, dans une partie saisissante va « racler le fond d’elle-même » avec un cintre.

Chacun de ses hoquets la faisaient trembler. Faisait tomber des caillots de sang.

Le long de ses cuisses.

L’ultime section, La Lavande, est un texte d’apaisement, de réconciliation. Un texte aussi pour que rien ne s’arrête…

On l’aura compris, PEAU de Manon GODET est un recueil riche, résistant à toute lecture univoque, qui pétille, happe, stupéfie, coule, transformant sans cesse ses composants, tout en maintenant une ligne directrice, qui la mène droit au lecteur, pour le rendre plus sensible, attentif à ce qui se joue à la surface et au-dedans du corps.

Mon sang gonfle ma peau

J’entends la lavande.

Nous dévalons le sable.


Manon GODET, PEAU, Ed. du Cygne, 118 p., 13 €.

L’ouvrage sur le site des Editions du Cygne

Un entretien avec Manon GODET pour Fréquence Sillé, Radio associative du Pays de la Haute Sarthe

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s