LA FABRIQUE DES MÉTIERS – 118. TRAÎTRE-NAGEUR


Contrairement au maître-nageur, son antimodèle, le traître-nageur laisse entendre aux nageurs peu expérimentés (de plus en plus nombreux en raison de la raréfaction des piscines municipales) qu’ils peuvent s’ébattre dans les grandes profondeurs pour les laisser platement couler au moment où ils perdent pied et bientôt la vie.

Le traître-nageur fait en sorte de s’attirer la confiance du nageur débutant ou occasionnel. Il présente toutes les caractéristiques du maître-nageur de rêve : un torse avantageux, des plaquettes de chocolat Nestlé, des tatouages marins (ancre, rose des vents, gouvernail, trois-mâts, bombe sexuelle sur l’Ile de Bikini…),un sourire volontiers charmeur allié à une apparence de sérieux, tels certains maîtres-auteurs que des éditeurs peu sourcilleux exhibent en tête de gondole de leurs stands aux couleurs de saison des salons du livre de vacances, plus prompts à tourner une dédicace solaire qu’un livre éclairant.

Quand la confiance est établie, le piètre nageur se croit investi de nageoires, tel un oiseau de papier se voyant affublé d’ailes par le seul fait de l’imagination poétique d’une belle plume. Il crawle, brasse, papillonne à tout va. Et ce qui devait couler coule, le nageur à la con s’est aventuré trop loin du bord du bassin de natation collégial (reconstruit en forme de croix par l’évêché avec le blé des collectes) ou de la rive du canal Charleroi-Bruxelles (de Marchienne-au-Pont à Anderlecht), et il tombe comme un poids mort de l’édition lesté de livres de cinq kilos (l’intégrale de l’auteur fétiche de la maison).

Avant de chuter dans les altitudes négatives, avec son masque de zozo et son tuba inopérant, il a un regard désespéré, entre imploration muette et diatribe rentrée, à l’endroit du traître-nageur haut perché comme il se doit, en surplomb de l’aire de massacre, qui, alors, en guise de seul signe d’adieu, lui décoche son plus cruel sourire, révélant alors son caractère de crabe assorti d’une mâchoire de murène.

Dans sa dernière vision, le nageur à la ramasse réalise, à travers cette ultime mais providentielle traîtrise, la lourde réalité de l’existence, et la lucidité dont il a manqué toute sa vie à force de s’imprégner de livres de développement personnel, de poésie de marché matinal ou de propos d’influenceurs/euses politiques de partis humanistes ou sociaux libéraux submersibles.

Au final, le traître-nageur qui aura suivra un cursus donné par des professeurs en félonerie et fourberie aquatique à l’école de commotion sociale la plus desséchée de sa région provoquera un providentiel sursaut de clairvoyance chez l’homme ou la femme et les genres intermédiaires qui, par son départ précipité au fond du lac ou de la piscine, contribuera à la décroissance de l’humanité tant vantée par quelques-uns de nos maîtres à (dé)penser la démographie galopante.   


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s