LOCATAIRE de PASCAL FEYAERTS (Le Coudrier) / La lecture de PHILIPPE LEUCKX


On n’est jamais propriétaire de rien. Ni de la vie, ni de la mort. Juste locataire, avec le prix existentiel à payer.

Le sixième livre de poèmes édité au Coudrier rassemble une trentaine de textes très denses, où la mort et la quête de lumière sont indissociables.

Il faut peu de mots à l’auteur pour exprimer le doute, l’impossible pari, la poussière qui peut recouvrir, « les plaies intimes ».

Cette densité poétique ramasse le réel en gouttes de sens, partageables et universelles :

« Connaître le poids du sable/ C’est s’en remettre au désert « (p.32)

Le poète « donne/ corps à ses mots », présence, « fait lampe ».

Un beau livre d’âme, de « dévotion » à la mère, de silence.

« juste un mot… rendre au poème… la clarté de son encre »


Pascal Feyaerts, Locataire, préface de Philippe Leuckx, Illustrations de Derry Turla, Le Coudrier, 57 p., 16 €.

Pour commander le recueil sur le site des Editions Le Coudrier

Les recueils de Pascal Feyaerts au Coudrier


Publicité

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s