MISES À NU de CARINE-LAURE DESGUIN (Jacques Flament) / Une lecture de NATHALIE DELHAYE


Crêpage de chignon

Madame Libert a droit à sa dernière injection intramusculaire afin d’apaiser ses lombalgies, qui s’avèrent être imaginaires, fait qu’elle avoue à Marielle, l’infirmière à domicile à qui elle a fait appel. S’entame une discussion, au cours de laquelle la fausse malade suspecte Marielle d’avoir un secret… Qui n’en a pas ?
Et une question surgit soudain, qui va provoquer la colère des deux femmes.

Variant les genres, Carine-Laure Desguin nous présente à nouveau une pièce de théâtre menée tambour battant, les échanges vifs et le ton des protagonistes promettent au lecteur/spectateur une scène animée, pleine de révélations. Les personnalités de Madame Libert et de Marielle sont décryptées de manière chirurgicale, tout les oppose. On ressent le plaisir de l’auteure à ficeler ces échanges, à montrer les bons et mauvais côtés de chacune, à appuyer là où ça fait mal, à faire sortir de leurs gonds les deux femmes.

C’est à qui mieux mieux dans ce ballet d’arguments et de preuves, au point que Madame Libert regretterait presque d’avoir posé LA question qui fâche…

La curiosité serait-elle un vilain défaut ?


Carine-Laure Desguin, Mises à nu, Ed. Jacques Flament, coll. Dialogue, 80 p., 12 €

Pour commander le livre sur le site de l’éditeur

Le blog de Carine-Laure DESGUIN



Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s