Le plus grand poète du monde (V)

Le PGPM se plaint qu’il y a trop de poètes, des minus qui l’empêchent de rayonner à sa juste mesure. Car les poètes en (mauvaise) herbe cachent les fleurs miraculeuses. Ils ne viennent plus manger dans la main des poètes splendides, se faire botter l’arrière train, prendre des coups de verges et des conseils, pauvre Rilke, pauvre Valéry.

Tout de suite ils se croient grands, nés grands dans le sein de leurs vers, producteurs de poèmes grandioses et suffisants. Le plus grand poète du monde est amer quand il voit l’avenir de la poésie confié à ces sans-grades, il craint dans ce contexte pour la postérité de son œuvre. Il a raison, c’est moche, et on compatit bien sûr. 

 

 

 

d’après les propos d’un poète splendide…

Publicités

Le plus grand poète du monde (II)

C’était le plus grand poète du monde. Mais il ne savait pas conduire. Ni se conduire dans les transports publics : plusieurs fois il péta dans le bus, se déculotta à l’arrêt et pissa sur les souliers du contrôleur. C’est ainsi que le plus grand poète du monde fut contraint à l’immobilité et que, désormais, des centaines de milliers de lecteurs font chaque année le voyage juste pour venir l’écouter lire ses poèmes chez lui où, d’après de nombreux témoignages recueillis à la sortie, il ne pisse ni ne pète pas plus que le commun des mortels.