WEBERN / GOULD / SOLLERS

hqdefault.jpg

On peut préférer les hurlements du rock à Bach, ou les convulsions d’un chanteur pop à Mozart. Ce n’est pas mon cas, et c’est pourquoi j’aime Lisa. Pour la dixième fois, j’écoute et je regarde avec elle Glenn Gould jouant les Variations pour piano, opus 27 de Webern. C’est sublime d’intensité percutée, les notes sont enfin plus que des notes, chaque note en vaut dix, la droite et la gauche échangent leurs places, pas de mélodie, une harmonie surgie de la vitesse pure. La pensée tombe à pic sur un clavier renversé.

Gould a de très longues mains qui, soudain, avec leurs doigts effilés, mesurent deux mètres. Il a un drôle de geste hiératique pour souligner une brève interrup­tion, il tend le bras gauche en avant, paume ouverte. À ce moment-là, il a l’air de sortir d’un tombeau égyp­tien de la 18e dynastie. Il pousse un mur d’air loin devant lui, dans l’avenir du son. Personne ne semble s’être rendu compte que Webern (grand admirateur de Bach) composait de la musique sacrée. Des hymnes pour dieux grecs, oiseaux libres.

Les Variations ont été écrites en 1935-1936. L’enregistrement filmé de Gould, en 1974, dure 5 minutes 12 secondes. C’est un long concert en pro­fondeur. Anton von Webern est mort en 1945 dans des circonstances mystérieuses. Cet aristocrate autrichien, traité de dégénéré par les nazis et les staliniens, se réfugie dans les Alpes pour échapper aux Russes. Les Américains arrivent, et il sort un soir sur la terrasse de sa maison pour fumer. Un GI le vise et le tue. Il n’est pas coupable, il a cru voir quelque chose de louche, il s’agit d’une regrettable erreur, d’une minuscule bavure dans l’enfer de la Seconde Guerre mondiale. Le soldat meurtrier meurt dix ans plus tard, très déprimé et rongé d’alcool, en disant de temps en temps, en pleurant, à sa femme : « Je n’aurais jamais dû tuer ce type. » Personne ne l’a décoré pour ça, en effet.

Webern aimait citer Hölderlin : « Vivre, c’est défendre une forme. » À quoi pensait-il, ou plutôt qu’entendait-il dans sa tête, ce soir-là, en sortant fumer ? J’aimerais installer un piano pour Lisa dans le temple de L’invisible à Égine. Elle jouerait ces Variations, et la déesse serait là, j’en suis sûr. Gould, à propos de Webern, parle de « vision paradisiaque ». Aucun doute : comme avec Bach ou Haydn, possédé par la beauté sans pourquoi, sauvage, il est en extase. (Beauté, Philippe Sollers, p. 20-21)

 

*

Extraits du roman de Sollers « H » sur une partition de Webern. Documents Ivanka Kristeva.
Peinture, cahiers théoriques 6/7, printemps 1973 (archives A.G.)


 

Les variations pour piano dans l’interprétation de Maurizio Pollini

https://player.vimeo.com/video/203698053

Une lecture de Beauté de Sollers par Frédéric Chauché pour La Cause littéraire

Sollers parle de Beauté au micro de Josyane Savigneau

Sollers au micro de Laure Adler

D’après PILE OU FACE, l’excellent site consacré à Philippe Sollers

 

DAVID BOWIE, BLACKSTAR FOREVER

David Bowie: « Le rock n’est plus l’apanage de la jeunesse. »

David-Bowie-Id-Rather-Be-High-7701.jpg

131115_BOWIE_BLACKSTAR_VIDEO_750.jpg

 

BOWIE, 2014


BOWIE, 2013

                       Clip de THE NEXT DAY en vue directe sur VIMÉO

david-bowie-the-next-day-video-650-430.jpg

 

Pour en savoir plus sur BLACKSTAR 

Blackstar, à quoi ressemble le nouvel album de David Bowie? (sur le site de Télérama)

David Bowie, à l’âge des collages (sur le site du Monde)

David Bowie veut créer la surprise avec Blackstar (sur le site du Point)

Comment les démons de David Bowie ont donné naissance (il y a quarante ans) au majestueux Station to station (par Christophe Conte des Inrocks)

bowie4215-616x3651-616x365-616x365.jpg

Bye bye Mr Bowie!


DAVID BOWIE, le SITE OFFICIEL 

IF YOU MISSED THE BEGINNING par le MICHEL MAINIL New Quartet

index_01.jpg

 

c5e8b4_5df625dd4188e866450418c090c13589.jpgMICHEL MAINIL est né à La Louvière, petite ville de Belgique considérée comme le berceau du surréalisme.

Intéresse tout d’abord par le jazz traditionnel et les big bands (Duke Ellington) il sera « flashé » par John Coltrane et, plus particulièrement, les albums « Blue Train » et « Afro Blue Impression ». Aujourd’hui, les saxophonistes Ralph Moore, Gary Thomas, Eric Alexander et bien d’autres figurent parmi ses influences.

Se produit très tôt au sein de nombreux groupes ou de formations tous styles :

big band, orchestres de variétés, enregistrements studio, petites formations de jazz

traditionnel ou moderne, groupes de salsa, combos de musique africaine, interventions dans des projets théâtraux, poétiques, etc…

Attiré par l’Afrique, il part au Cameroun en 1983 où il se produira dans différents groupes.

S’ouvre à la composition dans les années 80 et enregistre une cinquantaine de musique de scène ou sur supports images.

Leader de différents groupes dont son propre quartet depuis 1998 avec

Alain Rochette (Pno), José Bedeur (Cb), Antoine Cirri (Dms).

Différents projets seront générés par ce quartet, dont les albums :

Water and Other Games, Between the Two Solstices, Reflections in Blue ou

“Spanish Jazz Project” avec Lisa Rosillo (Vcl).

 
12299269_10207235990992302_7508774206268970797_n.jpg?oh=80b6a7c89d9c43f92d178b136177bcb4&oe=56DD7EC0Son nouveau cd vient de sortir: IF YOU MISSED THE BEGINNING… 

Le MICHEL MAINIL New Quartet est composé de:

Michel Mainil – saxophone ténor

Peter Hertmans – guitare

Christophe Devisscher – contrebasse

Bruno Castellucci – batterie

L’album comprend neuf morceaux enregistrés au Music Village de Bruxelles entre les 7 et 11 juillet 2015 par Mario Benvenuto et Pierre Alardin.

 

En savoir plus ici:

Le site de Michel Mainil

Le site de Christophe Devisscher

 

Michel Mainil (Ts), Alain Rochette (Pno), José Bedeur (Cb), An toine Cirri (Dms)
Live Fabrique de Théâtre – 2003

 

René Desmaele (Tp), Pierre Lafontaine (Ts), Michel Mainil (As), Alain Rochette (Pno), René harvengt (Vbes), José Bedeur (Cb), Antoine Cirri (Dms)

ELEK BACSIK, guitariste et violoniste de jazz (1926-1993)

415ty6l%2BoSL._SL252_.jpgELEK BACSIK est un guitariste et violoniste de jazz né à Budapest en 1926 et décédé à Glen Ellyn 1993 aux Etats-Unis. Sa fille vient de lui consacrer une biographie (Elek Bacsik, un homme dans le nuit par Balval Ekel, éd. Jacques Flament, 2015).  

 

Voici une petite sélection de ses enregistrements disponibles sur le net.

Avec Michel Gaudry et Serge Gainsbourg  en 1964, chez les parents de celui-ci, pour l’enregistrement d’une émission de la télévision belge.

L’album de 1962

44169350_m.jpg 

En 1964, pour l’émission Age tendre et tête de bois. Grâce à la méthode d’enregistrement audio de re-recording, Bacsik peut jouer de cinq instruments (contrebasse, batterie, violon et guitares). 

En 1963, sur ce titre et tout l’album Gainsbourg confidentiel, un des meilleurs de Gainsbourg

Laetitia 

Elek Bacsik signe ici la musique

L’album de 1963

114837992.jpg

En 1963, sur l’album« Elek Bacsik / Guitar Conceptions » avec  Elek Bacsik (g), Maurice Vander (org), Guy Pedersen (b), Daniel Humair (ds)

 

« Cette chanson est restée inédite jusqu’à la parution en 1998 du pack 2CD « Pour vous … Mes Plus Belles chansons » incluant ce morceau erronément intitulé ‘La fermeture glissière ». Titre probablement enregistré lors des sessions de l’album « 12 nouvelles chansons de Bassiak » (1966) et laissée de côté.

Écrite par Serge Rezvani, alias Bassiak. Avec Elek Bacsik à la guitare et Michel Gaudry à la contrebasse. Arrangements d’Elek Bacsik. » 

 

en 1964 avec Sacha Distel, Boulou Ferré et Baden Powel

  

en 1974 au violon

D’autres titres de 1963…

arton409.png?1424610892

 ELEK BACSIK sur WIKIPEDIA

Quelques MOMENTS MUSICAUX…

Un MOMENT MUSICAL est une pièce de musique généralement courte, pour un seul instrument (WIKIPEDIA) 

Franz SCHUBERT (1797-1828) a composé 6 Moments musicaux entre 1823 et 1826

Schubert.jpg

Le moment musical n°3 (Air Russe), allegro moderato, en fa mineur, interprété par David Fray

Le moment musical n°3, Andantino, en la bémol majeur par David Fray

 

 

 Serge Rachmaninov (1873-1943) a composé 6 moments musicaux en 1896

sergei-rachmaninov-russian-composer1.jpg

Le moment musical n°4, presto, en mi mineur par Nikolai Lugansky

 

Le moment musical N°2, allegretto, en mi bémol mineur, par Nikolai Lugansky

 

Moritz Moszkowski (Breslau, 1854- Paris, 1925) a écrit 4 moments musicaux 

images?q=tbn:ANd9GcSsydl0fJq_n5f2H2Bkn1DOHKa4SA5ijlh3gUOLeOEZQLk_LOdX

Le moment musical n°2 en fa majeur par Christopher Langdown

 

D’autres compositeurs ont composé des moments musicaux, comme Jacques Castérède (né en 1925) – 3 moments musicaux d’après Corot -, Krystyna Moszumanska-Nazar (née en 1922 en Pologne) – un moment musical pour violoncelle seul -, Avner Dorman (né en 1975 à Tel Aviv)… 

rachhands.jpg

Les mains de Serge Rachmaninov

AURÉLIE et AIRELLE: la MUSIQUE à LA BOUCHE

AURELIE CHARNEUX est la fille d’un de nos meilleurs romanciers, Airelle BESSON n’est pas la fille de Philippe, ni de Patrick ni de Luc. L’une joue de la clarinette avec une maîtrise étourdissante dans divers groupes et genres musicaux depuis une dizaine d’années, l’autre est la seule trompettiste de haut niveau dans le domaine du jazz. L’une est belge, l’autre française. Les deux femmes sont aussi compositrices, tombées dès leur plus jeune âge dans la marmite de la musique, et elles sont de la même génération.

Comme Christophe Claro disait récemment de Kate Braverman relativement à certains écrivains américains, cela nous change de certains musiciens masculins…

 

AURÉLIE CHARNEUX

h8eSm_PhotoAlbum.jpg

Parcours subjectif par Aurélie Charneux

Vers 3 ans, je ne peux repartir du Cora sans un nouveau 45 tours chaque semaine, et je passe des après-midis entières à écouter Annie Cordy, Michael Jackson, la Compagnie Créole,… puis les symphonies de Mozart, Beethoven, Peer Gynt, la mer de Debussy,… 

A 8 ans, je commence la clarinette, sans trop savoir ce que c’est mais parce que j’en aime le nom et car je suis asthmatique,… A 14 ans, je décideformellement de dédier ma vie à la musique, le début d’une grande passion, je m’enferme pour travailler de longues heures par jour. A 16 ans, j’entre au Conservatoire de Mons avec comme première optique de rentrer dans un orchestre classique. 

Vers 18 ans, j’entends pour la première fois de la musique Klezmer, coup de foudre. A 19 ans, je réussis l’examen d’entrée pour les musiques militaires… Je suis heureusement réformée pour asthme. A 20 ans, le hasard de la vie m’emmène à Liège, pour travailler à l’académie de musique de Eupen. Je poursuis mes études au Conservatoire de Liège. A 21 ans, je découvre peu à peu l’improvisation grâce à Michel Massot et Garrett List. Je forme peu à peu des groupes dans lesquels je commence à composer. 

Je joue actuellement avec Klezmic Zirkus, que j’ai fondé en 2003, et l’orchestre Vivo! de Garrett List. Je compose également pour ces deux ensembles. Et puis mes 2 duos de coeur : Les Anchoises, juke-box vivant avec Anne Gennen et Odessalavie, klezmer traditionnel avec Silvia Guerra. 

Au fil du temps, la musique Klezmer est devenu le moyen d’expression qui me convient le mieux, comme si cette musique faisait partie intégrante de moi. Peu à peu, jouer cette musique est devenu un peu ringard, mais ça je m’en moque! Je ne suis pas juive mais on m’a déjà dit que je « souffle » juif… J’anime depuis quelques années le stage Klezmer à l’académie internationale de Neufchâteau. Klezmic Zirkus a sorti 3 cds chez homerecords.be et a joué beaucoup en Belgique et en Europe. Nous avons eu la chance de jouer une série de concerts avec le clarinettiste newyorkais David Krakauer en octobre 2012. 

J’ai aussi joué avec: « L’ensemble « Nouvelles musiques de chambre de Liège », l’ensemble de musique de chambre « Aton », Turlu Tursu, le groupe de musique séfarade « Zohara », la musique improvisée avec Bambeen Grey et Centaurus trio, le spectacle « L’Opéra pompier », le duo Abysses, la compagnie des Passeurs de Rêve, Crac Boum Rue, une dizaine de productions avec l’Opéra Royal de Wallonie, dans « La Cantate de Bissessero » avec le Groupov, un hommage aux victimes du génocide rwandais, une énorme aventure humaine….

Le blog d’Aurélie Charneux

 

Avec Odessalavie (Silvia Guerra à l’accordéon, Lise Borki au chant et à la clarinette)

 

Avec LES ANCHOISES (Anne Gennen au saxophone baryton + Silvia Guerra au chant) qui fêtaient hier leur cinq ans à l’Aquilone de Liège

 

Avec l’orchestre VIVO! dans Premier matin, un morceau de sa composition.

 

Avec KLEZMIC ZIRKUS et David KRAKAUER 

photoAurelie4.jpg

 

AIRELLE BESSON 

  Website-Airelle-Besson.jpg

Airelle Besson est née en 1978. Dès l’âge de quatre ans, la trompette la fascine et elle en commence l’apprentissage trois ans plus tard. Encouragée par son père, elle aborde aussi le violon, rentre au CNR de Paris, participe au stage de Cluny dès ses onze ans. Depuis, elle rencontre beaucoup de jazzmen comme Roger Guérin, François Théberge ou Patrick Villanueva. En 2002, elle obtient le Premier Prix de Jazz au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Elle se produit dans diverses formations de jazz telles que le « Pandémonium » de François Jeanneau, le « Gros Cube » d’Alban Darche, l’Orchestre National de Jazz, le « Big Band Lumière » de Laurent Cugny., le septet d’Eric Barret, le « Sacre du Tympan » de Fred Pallem ou le « X’tet » de Bruno Reignier.

Airelle Besson a effectué des tournées en Europe, Scandinavie, aux États-Unis, en Amérique du Sud, en Afrique et au Japon. Elle a joué aux côtés de Kenny Werner, Dave Liebman, Riccardo Del Fra, Nelson Veras, John Abercrombie, Rhoda Scott, Gabor Gado, Jean-Christophe Cholet et Daniel Humair. Depuis 2003, elle co-dirige le quintet «Rockingchair» avec Sylvain Rifflet : ensemble ils ont obtenu le Premier Prix de groupe au Concours International de Jazz de La Défense en 2003 où Airelle Besson a reçu aussi les Prix de soliste et de composition. Le quintette a sorti en 2007 son premier album, très applaudi par la critique. La trompettiste a déjà enregistré plus d’une trentaine de disques.

Jimmy Jim sur Les bruits magiques écrit justement : « Troublant. Cette émission voilée, ce phrasé, cette douceur, ce lyrisme pudique, cette délicatesse, cette concision dans le propos. L’espace entre les notes…. Chet ? Non, une jeune femme trentenaire, une lady qui, avec sa trompette, chante le jazz. Elle en côtoie les grands noms, a déjà enregistré une trentaine de disques au sein de nombreuses formations et paraît désormais au grand jour. Un jour clair, baigné d’une lumière et animé d’une brise caressantes, où l’on s’allonge sur le sable pour écouter la mer et regarder le ciel. Dans lequel passe une émotion tout à la fois profonde et légère. »

Lire son interview sur le site de France culture 

 

Avec NELSON VERAS à la guitare électrique

 

Avec NELSON VERAS à la guitare électrique. 

 

Avec MICHEL PORTAL et SYLVAIN RIFFLET 

 

Avec NELSON VERAS 

prelude_off.jpg?itok=W-iH65Gz