L’HISTOIRE DU POÈME

 histoire.jpg

Le poème est né, au bas mot (Obama?), il y a quinze milliards d’années, c’est-à-dire bien avant le Big Bang. (Mais ça, même les frères Bogdanov l’ignorent). Une théorie tend d’ailleurs à démontrer qu’il serait à l’origine de l’univers. Depuis, on s’en doute, le poème a connu mille métamorphoses et autant de péripéties, dont cette histoire (un brin subjective) rendra compte, parmi les plus récentes et les plus extraordinaires.

 

===

 

une histoire merveilleuse

 

le poème vit 

depuis toujours

une histoire merveilleuse

avec son public

 

sauf pendant

les millénaires de récession

 

Livre.gif

 

élimination

 

le poème génère

des tonnes de déchets

 

leur élimination constitue

un des problèmes majeurs 

de la littérature

 

Livre.gif

 

la queue

 

comme on fait mal au chat

en lui tirant la queue

on fait mal au poème

en lui disant à l’oreille 

des choses qu’il sait déjà

 

Livre.gif

 

 

escalade

 

le poème escalade les mots

par le versant des images

 

Livre.gif

 

 

pratique

 

le poème est pratique

pour envelopper

les débris de textes 

et les phrases à deux sous

 

Livre.gif

 

 

le poème nu

 

celui qui a un jour

vu le poème nu

ne cessera plus de regarder 

par la fenêtre des mots

 

Livre.gif

 

 

prix littéraires

 

le poète qui tue son poème

n’est pas condamné 

aux prix littéraires

 

Livre.gif

 

la condition du poème

 

chaque fois à la fin du poème

tu donneras ta langue au chat

&
le chat n’en fera qu’une bouchée

 

à condition que le poème soit bon

 

Livre.gif

 

Munster

 

le poème sent des pieds

quand le poète 

a mangé du Munster

 

Livre.gif

 

un petit poème

 

mon poème a braillé

toute la nuit

 

c’est un petit poème

 

il doit faire ses dents

 

 

Livre.gif

 

mal narré

 

ne verbalisez pas le poème 

s’il est mal narré

 

Livre.gif

 

un baiser

 

le poème

est un baiser

sur les lèvres

des mots

avec la langue

 

Livre.gif

 

coming out

 

le poème

a fait son coming out

 

il a déclaré

aimer  les pommes *

cuites

dans une émulsion

de mots doux

 

sont attendues avec impatience

les révélations du roman

sur ses préférences

légumières

 

 

* le vers était dans le fruit : pomme aime.

 

Livre.gif

 

le poème et la fraise

 

le poème

chez le dentiste

pousse de tels hurlements

que les exégètes

venus soigner

des caries verbales

les attribuent

tantôt à de l’Artaud

tantôt à du Tzara 

 

par contre

pour le zzzzzzzzzzzzzzzzz

de la fraise

tous conviennent qu’il était 

d’Isidore Isou

 

Livre.gif

 

le poème du dimanche

 

le poème à eau

résiste mieux au sel

 

le poème à clous

retient la parole blanche

 

le poème à roulettes

augmente la vitesse des mots

 

le poème du dimanche

passe à travers les fêtes

 

le poème du lundi

peut grever la semaine

 

le poème de l’après-dîner

se digère dans la nuit

 

le poème poids léger

s’envole dans le verbe

 

le poème murmuré

se porte à l’oreille

 

le poème en lecture rapide

avale les sons lents

 

le poème à poils ras

se prête aux caresses phoniques

 

le poème à bras longs

emporte tous les concours

 

le poème bivalve

s’ouvre avec un couteau à musique

 

le poème du dimanche

le poème du lundi

et celui des autres jours aussi

 

Livre.gif

 

l’espèce du poème

 

et si l’espèce du poème

disparaissait

au même titre

que le bélouga des mathématiques 

ou le chihuahua du quiz musical ?

 

Livre.gif

 

rixe

 

le .oè.e

a perdu

ses consonnes

dans la rixe qui l’opposa 

au r.m.n

 

 

Livre.gif

 

parenthèses

 

(

à l’intérieur 

des parenthèses

le poème

mène

la vie

d’un texte 

grand format

sans les inconvénients

de l’exposition

littéraire

)

 

Livre.gif

 

l’exception

 

le poème qui vit cent ans

est l’exception

 

le plus souvent

le poème est mort-né

 

(malgré les progrès 

des ateliers d’écriture)

 

Livre.gif

 

les pépins de l’espace

 

la mandarine ne ment pas

au poème

sur la nature des agrumes

 

si, la main sur la pulpe,

elle jure qu’elle dit la vérité

sur son essence astrale

il faut boire son jus

avec les pépins de l’espace

 

sans oublier

les fruits secs

au fond de la galaxie

 

Livre.gif

 

Gagarine

 

Youri Gagarine a emporté

le poème

lors de son voyage dans l’espace

 

par contre on ne sait pas

s’il l’a emporté

dans la tombe

 

Livre.gif

 

Marie-Antoinette

 

le poème

était l’ami de Marie-Antoinette

(pas l’ami Facebook, le véritable ami!)

mais elle avait dû payer de sa personne

pour gagner ses faveurs

 

lors de leur séparation

c’est le poème

qui perdit la tête

 

Livre.gif

 

coitus interruptus

 

ce n’est pas l’assassinat

de l’archiduc François Ferdinand

qui fut cause

de la Grande Guerre

mais

le coitus interruptus 

du poème

avec un alpiniste autrichien

 

Livre.gif

 

sur la neige

 

l’hiver le poème

s’écrit

sur la neige

 

et s’il reste

gravé dans la glace

du lac gelé

 

c’est pour le bonheur

des patineurs

à la gomme

 

Livre.gif

 

une souris

 

le poème électronique

accouche souvent 

d’une souris

 

Livre.gif

 

le silence du poème

 

je connais un poème

qui a vécu

une expérience de prose douloureuse

mais qui ne tient pas à en parler

 

je respecte le silence du poème

 

Livre.gif

 

l’heure de la sieste

 

à l’heure de la sieste

l’ombre du poème

figure

l’image du poète

en train de dormir

au milieu de vers vides

et de mots anisés

 

Livre.gif

 

le poème cardiaque

 

on reconnaît le poème cardiaque

à ses mots

qui font la file

au bureau de pontage

 

Livre.gif

 

tombés des nues

 

pour un poème connu

combien de poèmes anonymes

criant famine

(aux rimes pauvres, pauvres…)

 

pour un poème éveillé

combien de poèmes dans la lune

tombés des muses

(aux vers légers, légers…)

 

Livre.gif

 pour voir

  

le soleil du dire

irise

la peau du poème

 

on secoue

les feuilles des mots

 

pour voir 

l’invisible

 

Livre.gif

 

les poèmes de la banquise

 

les poèmes de la banquise

manquent de plus en plus

d’épaisseur

 

la preuve

 

Livre.gif

 

ce poème-ci

 

j’étais fou amoureux d’un poème

je le relisais chaque jour

je le refaisais en mieux

puis mon poème s’est cassé

avec un parfait poète inconnu

 

(c’est vrai que je lui ai pris la tête)

 

il n’était pas si fameux

me disais-je pour l’oublier

mais rien n’y faisait

alors je m’en suis tiré

 

en écrivant ce poème-ci

 

Livre.gif

 

de beaux vers 

 

couchez les mots

dans le lit du poème

pour qu’ils fassent de beaux vers!

 

Livre.gif

 

la langue 

 

le poème qui passe

la langue

aux mots d’oiseau 

est un grossier merle

 

Livre.gif

 

le poème parle

 

le poème parle

à la chèvre et au chou

à la cuiller et au chat

au chien et à la vipère

à la caillasse

et au pied de cochon

à l’airelle et à l’ortolan

à la tasse dans l’évier

à la chair frissonnante

et au feu qui gronde

au coeur du glacier

et à la queue de cerise

 

quand ça lui chante

le poème

parle aussi

pour ne rien dire

du temps qui passe

 

entre les pans de chemise

 

on a mis

au frais

dans des glaçons

les restes de mots

retrouvés

 

à la suite

de la collision frontale

survenue cette nuit

à trois heures du mat’vin

sur la quatre bandes

du bureau

d’un auteur allumé

entre un poème décapotable

et un poids lourd de l’édition

 

il ne reste rien

du roman

de 864 pages

complètement

calciné

 

le poème

 

a juste perdu

son titre

&

l’usage de la langue

 

Livre.gif

 

poème à l’esperluette

 

&

&

&

&

 

&

&

&

&

 

puis

quoi encore?

 

Livre.gif

 

poème mode d’emploi 

 

on ne met pas le poème en joue ni en bouche

on ne pend pas le poème par les pieds

on n’édente pas le poème qui mord

on n’émascule pas le poème qui dort

on ne tire pas la langue ni la queue au poème

on ne coupe pas la parole au poème 

on ne mâche pas le poème

on ne charge pas la mule du poème

on ne met pas le poème sur son derrière

on ne met pas le je au poème

on ne frappe pas le poème dans les mots

on ne cache pas la fin du poème

on ne crache pas dans la soupe du poème 

on ne dit pas pis que pendre du poème

on ne lit pas le poème tout haut

 

c’est vilain

 

Livre.gif

 le poème à l’élastique

 

lâché

des cimes de la poésie

le poème à l’élastique

rebondit

 

mais plus jamais 

il n’atteindra les sommets

même s’il oscillera verticalement

longtemps encore

 

avant de s’arrêter

pour du bon

 

Livre.gif

 

poèmacédoine

 

le poème peau de banane

le poème queue de cerise

le poème orange pressée

le poème mangue à l’eau

le poème kiwi ki asimines

le poème mûres mûres

le poème un peu brugnon

le poème qui fait grand fruit

celui qui fait amandes honorables

le poème qui a la pêche

le poème qui a cassis ses raisins

le poème zeste de citron

le poème tête de pomme

le poème en coing

et celui enfin en forme de poire

 

composeront un cocktail de vers 

pour tous les assoiffés

de poésie naturelle

trop souvent condamnés

au poème Danacol

 

Livre.gif

 

le poème de saison

 

ce poème est bien vert

il vient d’être écrit

 

ce poème est bien mûr

il est temps de le dire

 

ce poème est tout pourri

on vous l’avait dit

 

que c’était un fruit de saison

qu’on ne recueille qu’en septembre

 

 

Livre.gif

 

PGV

 

après le passage du poème

à grande vitesse

le roman reprend

son train de sénateur

 

Livre.gif

 

misère de la poésie

 

I

les poètes traitent mal

leur progéniture

 

il y a de par le monde

des milliers de poèmes abandonnés

 

II

on recense de plus en plus

de poèmes sans papier

 

hélas aucune régularisation

n’est en vue

 

III

depuis toujours les poèmes se combattent

il y a des morts, des éclopés, des survivants

qui se traînent et viennent mourir 

dans les livres d’histoire de la littérature

                         

Livre.gif

 

            la route  

                       

essuyer la buée sur les lettres du poème

pour bien voir la route des mots

 

Livre.gif

 

univers

 

c’était un poème

de la forme de l’univers

qui englobait

les poèmes de petite taille

 

les poèmes

de la forme d’une étoile

les poèmes

de la forme d’une comète

 

un jour il vit

un point grand comme un grain

qui lui fila entre les astres

 

c’était un poème

en forme d’espoir

 

 E.A.

univers-hologramme.jpg

Publicités

chute libre

<!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family: »Palatino Linotype »; panose-1:2 4 5 2 5 5 5 3 3 4; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:-536870009 1073741843 0 0 415 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>

Le poème en chute libre est tout vers.

<!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family: »Bodoni MT Black »; panose-1:2 7 10 3 8 6 6 2 2 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:3 0 0 0 1 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>

 

fétichistes

<!– /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>

<!– /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>

il y a des fétichistes du pied de poème

comme il y a des fétichistes de la prose de nuit

 

du moment qu’ils tirent leur plaisir

des mots ou de leurs parties

le silence du poème

<!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>

<!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>

je connais un poème

qui a vécu

une expérience de prose

mais qui ne tient pas à en parler

 

je respecte le silence du poème

le poème cardiaque

<!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–><!– /* Font Definitions */ @font-face {font-family:Garamond; panose-1:2 2 4 4 3 3 1 1 8 3; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent: » »; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; font-family: »Times New Roman »; mso-fareast-font-family: »Times New Roman »;}@page Section1 {size:612.0pt 792.0pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:36.0pt; mso-footer-margin:36.0pt; mso-paper-source:0;}div.Section1 {page:Section1;}–>

on reconnaît le poème cardiaque

à ses mots

qui font la file

au bureau de pontage