EMPREINTES AU COUCHANT de DIDIER GIROUD-PIFFOZ et ISALIE – Une lecture de Philippe Leuckx

Résultat de recherche d'images pour "philippe leuckx"
Philippe LEUCKX 

Douze haïkus, tous proches d’une nature à observer sinon à défendre des atteintes. Le couchant parfois se saborde d’un incendie, les plaies restent, béantes, des « brèches », et la « froide solitude » quand le regard du poète « contemple ». Encore faut-il recourir à « l’humus » nourricier ou se réfugier au « doux ventre de la femme ». Sinon, le « temps » et « le regard » s’érodent. Il reste à sauver, par l’écriture, et le don, « l’aube fontanelle », pas encore refermée comme celle de l’enfant.

Citons :

« Naître sous la cendre

d’or d’incertaines étoiles

sourdre de l’oubli »

.

« Offert à la terre,

cueillir les lèvres d’humus,

racines en chair ».

Un bien bel objet.

La couverture de l’exemplaire 9/30 : une peinture à la pâte très épaisse,  des étoiles de sang, des griffures de bleu pâle, de gris, des saignements de couleurs entre parme et blanc cassé.

Didier Giroud-Piffoz et Isalie (sa fille Karine GP), Empreintes au couchant, chez l’auteur, 2018.Toiles originales en couverture. Trente exemplaires numérotés. 20€.

Une interview de Didier GIROUD-PIFFOZ

Didier GIROUD-PIFFOZ sur le site de la Société des Écrivains de Vendée

Publicités

L’ÉLASTIQUE PRÉFÉRÉE

Résultat de recherche d'images pour "élastique"

 

Je l’ai trouvée autour d’un paquet de frites emballé, belle élastique vert bouteille à la ligne élancée, d’une rare résistance. Elle ne me quittait plus, me servait à tout. Elle tournoyait autour de mes poignets ou de mes doigts quand je ne l’utilisais pas en guise d’anneau pénien. Je la baisais, suçotais, mâchouillais et ce qui devait arriver arriva : un jour, je l’avalai.

J’ai bien tenté de me faire vomir mais elle a dû trouver refuge dans mon système digestif pour résister autant à mes efforts de l’y soustraire. Depuis plusieurs jours, il faut dire, elle ne supportait plus de se faire tirer. Je la sentais distante et lâche ; elle m’avait pris en grippe comme quand l’amour lâche : elle avait filé doux.

L’idée que je l’ai peut-être expulsée sous forme de matière fécale me lamente, me hérisse, me rend dur, constipé. Je l’imagine toujours courir en moi, relier des organes essentiels, séparés par des distances indues.

Quand je suis un peu tendu, je me dis que c’est elle qui se rappelle à mon souvenir et je suis ému jusqu’aux larmes à l’idée de nos amours roides.

LE COUP DE PROJO d’ÉDI-PHIL SUR LE MONDE DES LETTRES FRANCOPHONES BELGES #8

4cce3-image
Philippe REMY-WILKIN (par Pablo Garrigos Cucarella)

Les Lectures d’Edi-Phil

Numéro 8 (janvier 2019)

Coup de projo sur le monde des Lettres belges francophones

sans tabou ni totem, bienveillant mais piquant…

 

A l’affiche :

deux romans (Claude DONNAY et Stanislas-André STEEMAN), un essai (Adolphe NYSENHOLC), une poétesse (Françoise LISON-LEROY), un héraut du faire-savoir (Eric ALLARD) ; les maisons d’édition M.E.O. et Espace Nord/Les Impressions Nouvelles, Rougerie.

 

 

M.E.O. place deux titres dans mon numéro du mois mais je suis épaté par la production des Impressions Nouvelles, de numéro en numéro. Amusant : ces deux maisons se situent aux antipodes l’une de l’autre au niveau des choix, des goûts, mais elles ont en commun intégrité et force de travail.

Trompettes de Jéricho ! Je vais me jeter à l’eau (vive) et oser afficher un crédo, une perspective jetée sur le monde de nos lettres en (3), m’aventurer à distinguer les romanciers et les écrivains, par exemple.

 

(1)

Le coup de cœur du numéro !

Claude DONNAY, Un Eté immobile, roman, M.E.O., Bruxelles, 2018, 296 pages.

Un été immobile

Mon premier contact avec Claude Donnay date de son premier roman. Un premier contact mitigé. Je savourais les premières pages pour leur écriture (NDLA : cet auteur/éditeur jouit d’un crédit conséquent dans le microcosme de la poésie) mais m’embourbais dans la progression du récit, plongeais plus loin, revivais plusieurs fois la même séquence en courant alternatif appétit et plaisir puis lassitude face au mode narratif. J’y voyais un bref instant la sempiternelle errance du poète face au grand large. Ô cliché ! Mais nourri par plusieurs cas concrets (NDLA : je sais, je sais, vous voudriez des noms mais… non !).

 

Ce deuxième roman, que j’ose pour retrouver un style, ayant en sus intuitionné la capacité d’une personnalité (ce mélange d’humilité et de confiance) à progresser, ouvrir son horizon, m’a happé dès les premières pages et ne m’a plus lâché, j’emportais même le livre au fil de mes pérégrinations. C’est assez dire ce plaisir primal (naturel, spontané, sans calcul ou barbelés instillés par l’analyse), l’appétit, l’intérêt qui accompagnaient la foulée des héros, leur évolution intérieure, leur devenir.

 

Le pitch ? Un homme, Noël (dit Jésus) traîne le long du littoral atlantique français (NDLA : plus précisément la Côte d’Opale, du côté de Wissant et Wimereux), en mal d’achèvement (de sa vie, d’un projet d’écriture…), quand il croise l’étrange manège d’une nageuse au bonnet blanc, Amelle, s’attache à son rituel (un aller-retour grand large jusqu’à certaine bouée, par tous les temps), jusqu’à jouer les voyeurs quotidiennement. Ce que la sculpturale jeune femme observe sans réagir, ou s’y amusant, ou…

 

On est parti sur les bases d’une rêverie, loin du monde réel, dans cet espace-temps marginal des vacances, de l’été, quand tout bascule peu après les premiers contacts, une ébauche maladroite d’idylle, avec la disparition soudaine de la naïade, embarquée, au dire des voisines, par une sorte de playboy à l’italienne. Embarquée ? Curieusement, la jeune femme a laissé les carnets autobiographiques de sa mère Maria, un trésor, comme si elle avait étiré un fil rouge derrière elle pour…

Noël/Jésus va lire lesdits carnets, effeuiller une dramatique trajectoire de vie, les méfaits d’un père et de beaux-parents de la haute société BW*, la marginalisation précoce de l’enfant/adolescente qui allait devenir l’Amelle d’Ambleteuse.

 

La suite ? (SPOILER !) Il y a du road-movie dans l’air (marin, iodé), des accents policiers voire gothiques, Amelle étant plus ou moins séquestrée dans une maison de repos/asile où règne un psychiatre digne d’un roman de Mary Higgins-Clark.

 

Si l’on prend un peu de hauteur, l’analyse doit glisser dans la nuance, le complexe. Une caricature avancerait une navigation entre les caps d’un premier roman très romantique et d’un second plus tendu, sombre et même glauque (la famille d’Amelle, les mystères de la maison de repos) ; d’une sensualité sable/azur et d’une sexualité sang/brumes/ténèbres, etc. J’ai décelé, a contrario, une mise en abyme de haut vol, renvoyant le lecteur à l’oscillation qui sépare vies rêvées et vies possibles, à ces tentacules de l’instant, des tentations qui nous enfilètent pour nous précipiter dans des voies qui ne sont pas les destins que notre programmation interne appelle pour un plein accomplissement. Le roman échappe à ses propres silhouettes pour s’apparenter, en profondeur, à un récit d’initiation (ou d’initiationS, car tous les personnages doivent laisser tomber des oripeaux, des masques, des réflexes dictés par la lâcheté, le vice), d’émancipation, de réalisation. Au point même qu’il surprend tant et plus, la trame laissant filtrer la réalité escamotée derrière la mise en scène, l’artifice fictionnel, laissant sourdre des moments-clés, des points d’acmé de suspense qui miment tellement la vraie vie et ses indécisions, son arbitraire souverain, qu’on en peine à anticiper, à présumer.

Claude Donnay
Claude DONNAY

La révélation du livre, de sa digestion ? Claude Donnay est un poète, quelqu’un qui s’est affirmé jadis comme un écrivain de qualité ; or, arrivé à ce stade de son développement, il a beau nous offrir mille saillies poétiques, sa langue n’est plus ici l’arme première de l’attraction. Ce qui emporte le morceau (la conquête du lecteur, de la lectrice), c’est le fond, inventif (car les poncifs de départ sont dépassés, détournés) et subtil, dérivant vers le roman de mœurs, sociologique, tenant en haleine, interpellant sur les décisions à prendre aux carrefours de nos vies, et, in fine, décapant, moderne, avec cette manière d’amener à contourner la logique du roman pour offrir la complexité du réel :

« Parfois les motivations sont obscures, enfouies bien au-dessous de la ligne de flottaison. On navigue au jugé, ignorant des charges qui dorment à fond de cale, mais qui remonteront à la surface à la première voie d’eau dans la coque. Pour Bertrand (NDLA : le père d’Amelle),  le réveil a dû être rude. Il n’empêche, Jésus ne peut réprimer une certaine sympathie pour l’homme qui achète à Maria Cien sonetos de amor de Pablo Neruda, cent poèmes d’amour dédiés à sa dernière épouse, Mathilde Urrutia. Cet homme ne peut pas être totalement mauvais… »

 

Un romancier est né !

 

* BW = Brabant wallon, la région la plus riche de Belgique, ou peu s’en faut.

Le livre sur le site de chez M.E.O.

Le blog de Claude Donay / Bleu d’Encre

 

(2)

Adolphe NYSENHOLC, Charlie Chaplin, Le rêve, essai, M.E.O., Bruxelles, 2018, 244 pages.

Chaplin

Un excellent livre ! D’un des plus grands experts ès Chaplin/Charlot. Qui est en sus un bel écrivain. Je lui ai attribué mon coup de cœur dans Le Carnet et les Instants et vous renvoie à cet article :

https://le-carnet-et-les-instants.net/2018/12/27/nysenholc-charlie-chaplin-le-reve/

 

(3)

Stanislas-André STEEMAN, La Maison des veilles, roman, Espace Nord/Les Impressions Nouvelles, Bruxelles, 2018, 317 pages.

La Maison des veilles

Stanislas-André Steeman (1908-1970) ! SAS pour les intimes ! Une découverte importante, que je réalise trop tard, ne découvrant qu’aujourd’hui ce qui eût dû être une influence fondamentale, tant certaines convergences…

Un grand romancier. Qui revient en grâce après un long purgatoire. Qu’on a pour la plupart admiré via des adaptations cinématographiques mythiques (Clouzot !) : L’Assassin habite au 21 et Quai des Orfèvres. Un grand romancier. Qu’on a parfois interprété comme notre Agatha Christie du Plat Pays. Comme un fondateur du roman à énigmes, donc. Or…

Le pitch ? Un meurtre survient dans un ancien hôtel de maître découpé en (dix) appartements. Dans le Bruxelles des années 30 et, plus précisément, du côté de la Porte de Namur. Il s’avère rapidement que le coupable ne peut être qu’un habitué des lieux. La police enquête mais un inspecteur vit dans cette demeure et, écarté du dossier pour raisons déontologiques, s’y investit pourtant corps et âme.

La suite ? L’auteur va jouer les Lesage et soulever le couvercle des toitures et plafonds, aller y voir de plus près dans les placards de tous les résidents. Très vite, le fil policier passe au second plan, la peinture réaliste d’une certaine bourgeoisie s’impose. Dérives de la conjugalité, frustrations et perversions, petits secrets, exotisme des exilés russes…

La dernière page tournée, mes conclusions déraillent. Je pensais vivre une minutieuse et passionnante enquête policière, il n’en est rien ou à peine, l’intrigue première n’est pas si attractive, si centripète. Elle est certes agréable, ludique mais infiniment plus légère que dans un Agatha Christie ou un Sherlock Holmes, comme réduite à une mélodie au creux d’une symphonie. Mais, a contrario, je suis vivement séduit par les qualités littéraires de l’opus, de l’orchestration du tout à des réussites de détail, comme ce chapitre dans un restaurant russe qui offre un point d’acmé au roman (NDLA : la scène est si réussie que j’ai songé au maître du genre : Jean-Philippe Toussaint), à la teneur sociologique, aux descriptions fouillées :

« Véra alluma une cigarette, régla l’appareil de TSF et, engourdie par la chaleur du radiateur, s’abîma dans ses pensées. De temps à autre, quand la brûlure devenait trop forte, de brusques frissons prenant naissance dans son dos la parcouraient tout entière. Mais elle ne changeait de position qu’à contrecœur. Elle aimait ces morsures du feu qui procurent l’illusion de la fièvre. Elle les aimait surtout quand le feu soufflait en tempête et courait les rues en quête d’un mauvais coup, comme ce soir… »

Véra ! Notre personnage préféré du roman, dont la description ci-dessus revêt une allure balzacienne, c’est-à-dire métaphorique ou anticipative. De l’être, de ses actes.

Résultat de recherche d'images pour "stanislas andré steeman"
Stanislas-André STEEMAN

Chapeau à Espace Nord et à son directeur Tanguy Habrand d’aérer l’aspect patrimonial par un élargissement diachronique et synchronique, associant à l’or du temps celui des temps plus contemporains ou osant exploser les carcans du fait littéraire !

Chaque ouvrage retenu par ladite collection (propriété de la Fédération Wallonie/Bruxelles mais imprimée par Les Impressions Nouvelles) offre divers bonus, un encadrement du texte, des touches d’experts ou témoins. Si l’hommage de Stéphane Steeman à son père est touchant, les anecdotes intéressantes, on s’attardera davantage à la belle postface de Jacques Dubois. Mais que dire de la préface de Jean Van Hamme ? Oui, le père de Thorgal, XIII et Largo Wynch, un scénariste de BD, est invité à présenter Steeman. Et, divine surprise, cet homme (qui a offert un surcroît de professionnalisation à son secteur, poussé plus loin la densification des récits) nous assène un formidable manifeste du roman :

« Il (NDLA : SAS !) était avant tout ce que les auteurs sont trop rarement : un écrivain mettant tout son talent au service de ses lecteurs. (…) Il faut savoir raconter. Et raconter efficacement. Choisir ses mots comme un tireur d’élite ses cartouches. Tailler ses phrases jusqu’à la rigueur d’une aiguille pour en larder le lecteur juste au bon moment. Surtout, il faut posséder la maîtrise nécessaire pour conduire jusqu’au bout l’attelage d’une intrigue dont les acteurs existent vraiment.  C’est tout ça, le talent. Un truc à peu près aussi rare qu’un cheveu blond sur le col d’un Esquimau. Au risque de m’attirer les foudres de bilieux exégètes, je prétendrai jusqu’à mon dernier souffle qu’il est plus difficile d’être (et de rester) Boileau-Narcejac que J.-M.G. Le Clézio. »

Quel botte ! Du Nevers/Lagardère ! Qui pare et touche à l’encontre d’un courant trop présent dans nos lettres francophones : l’autofiction, la survalorisation de la forme ou de l’intimité. Oui, d’autres littératures affichent davantage de souffle, de perspectives sur l’homme, la société, le monde. Ou la froide mécanique horlogère du récit. Mais. Van Hamme réplique à un déséquilibre des prédilections par un autre. Ce qu’il faut affirmer ? Il existe des romanciers et des écrivains (et des écrivains romanciers, comme Rossano Rosi, des romanciers écrivains comme Patrick Delperdange), être Modiano ou Roegiers n’est pas à la portée du premier venu, ce sont de beaux artistes. Un romancier, un écrivain ? Le premier s’attache surtout à ce qu’il raconte, le second à la manière dont il le raconte. Bernard Werber a écrit de remarquables romans (Jacques De Decker le décrivait comme un adroit moraliste) mais il pratique le degré 0 de l’écriture, on le goûte au chapitre, à la narration alors qu’on savoure, on déguste une page de Le Clézio ou de Pierre Mertens.

Le livre sur le site d’Espace Nord

 

(4)

Je comptais vous parler du livre fort acclamé d’une starlette médiatique mais j’ai laissé tomber au bout de 40 pages. Trop… Je vous passe le détail. Laissé filer d’autres livres. Je peine sur le métier. A quoi bon évoquer ce qui se meut sans transcendance ?

Alors ? Je remplace par une plongée en poésie, un hommage à Françoise Lison-Leroy, analysée pour un autre recueil assez récemment. Dans Le Temps Tarmac, paru fin 2017 chez Rougerie (54 pages) et lauréat du Prix Emma Martin en 2018 (l’un des trois prix décernés par l’AEB, l’Association des Ecrivains belges… de langue française), il y a ce texte ciselé, qui raconte notre époque :

Résultat de recherche d'images pour "françoise lison leroy le temps tarmac"

« les plumes noires sont au sol

comme autant d’épées mortes

il y a eu guerre et sueur

entre mille oiseaux carnassiers

 

(…)

 

dans les wagons

les hordes vont par saccades

vers un stade rougeoyant

frontières et portails

 

la rue cadenassée

aboie son cri de guerre

crache des balafres

sang et or

vert et fauve

 

(…)

 

du pain / des jeux

et la haine

               barbelée. »

 

Résultat de recherche d'images pour "françoise lison leroy"
Françoise LISON-LEROY

 

(5)

Les hérauts du faire-savoir (6).

Résultat de recherche d'images pour "eric allard poésie"
Éric ALLARD

J’ai l’impression de terminer un cycle en donnant la parole à… celui qui nous la donne (ce héros, donc ?) : Eric Allard, notre rédacteur en chef. Il s’en défendra avec humilité mais il incarne une figure majeure de la contre-culture en Belgique. Contre-culture au sens noble et doux, une résistance en actes positifs, une œuvre véritable qui se faufile sous des décharges d’humour et de dérision. Car, l’air de ne pas y toucher, dans la discrétion et la bonhomie, il a su agglomérer et conserver, élargir une équipe qui raconte notre vie culturelle et, comme d’autres (Jean Jauniaux, etc.), pallie bien des silences médiatiques sur ce qui se fait, parfois de meilleur, au sein de notre milieu créatif.

 

Edi-Phil : Comment es-tu entré en littérature ? D’où est venue la passion de lire puis comment s’est concrétisée l’envie d’écrire ?

Eric : J’ai lu peu de livres de fiction dans ma jeunesse sinon tout Tintin (en BD). J’ai commencé à vraiment lire vers 17 ans quelques lectures imposées au cours de français et des romans durs de Simenon, époque où j’ai commencé à scribouiller des poèmes, à la suite d’un travail demandé par mon prof de français de 5ème Rénové (comme on disait à l’époque) sur La Mort des pauvres de Baudelaire.

Cela a aussi été la découverte des chanteurs à textes, à commencer par Brel, de la poésie via Prévert et des films d’auteur à l’occasion d’un ciné-club organisé dans les environs et recommandé par les profs.

Puis, une fois mes études de régendat en maths-physique terminées, je n’ai plus cessé de lire. Et cela a été la lecture compulsive des Kundera, Flaubert, Duras, Sollers, Handke, Kafka, Bernhard… qui demeurent mes auteurs préférés. Persistance de l’effet provoqué par nos premières extases littéraires ? Je crains, dans le même ordre d’idée, de relire mes livres préférés de peur de rompre le charme de la première lecture.

 

Edi-Phil : Les Belles Phrases viennent de fêter leurs dix ans, un beau bail. Je me suis déjà émerveillé devant la manière dont un Jean Jauniaux a réussi à incarner une radio littéraire à lui tout seul ou devant la manière dont un Philippe Leuckx multiplie les articles sur un million de supports, mais toi, comment en es-tu arrivé à ne pas te contenter d’un blog personnel mais à créer une dynamique au service de l’édition (franco-)belge principalement mais de la culture plus largement (création, cinéma, etc.) ?

Eric : Pendant de nombreuses années, j’ai coanimé une revue avec Pierre Schroven et Salvatore Gucciardo, pour laquelle, régulièrement, outre le fait qu’on choisissait des textes parmi ceux reçus, on rédigeait des petits dossiers (mais aussi, par ailleurs, deux Dossiers L pour le Service du Livre Luxembourgeois) et on réalisait des interviews d’écrivains, ce qui m’a permis d’approcher François Emmanuel, Jean-Philippe Toussaint, Christian Oster, Caroline Lamarche, Nicole Malinconi, André Blavier ou Pierre Mertens.

J’ai fait aussi de la radio locale dans les années 80 et écrit pendant les années 2000 de nombreuses notes de lecture sur CritiquesLibres.com, un site qui comprend de très bons critiques, où écrivent toujours Nathalie Delhaye, Lucia Santoro et Denis Billamboz mais où ont aussi écrit Daniel Charneux, Marcel Peltier, Alexandre Millon ou Philippe Annocque.

Et quand il s’est agi d’ouvrir un blog, j’ai très vite tenu à ce qu’il ne soit pas uniquement tourné vers mes seuls textes ni même vers des genres de lectures qui m’étaient familiers de façon à offrir au possible visiteur du blog (mais aussi à moi) un plus large choix de lectures, émanant aussi bien de l’édition parisienne que des éditeurs indépendants francophones. C’est pourquoi j’ai demandé à Philippe Leuckx, dont je connaissais l’expertise en poésie, et Denis Billamboz, pour sa connaissance des littératures du monde, de contribuer par leurs critiques au blog… Equipe critique qui s’est ensuite étoffée par la venue de Nathalie Delhaye, Lucia Santoro, Jean-Pierre Legrand, Julien-Paul Remy et… Philippe Remy-Wilkin qui officiaient déjà sur Karoo.

 

Also sprach… Eric Allard ! « Un pur ! », me disait un jour Philippe Leuckx.

 

Edi-Phil RW.

MES MAISONS

J’habite avec un fétu de taille dans une maison de paille.

J’habite une faille têtue d’une maison fantôme.

J’habite avec un poète fichu à la Maison de la poésie.

J’habite à côté d’un vieux rébus dans une Maison de papier.

J’habite avec un menu du jour dans une maison de repas pour ogres âgés.

J’habite avec une femme de goût à la Maison des plaisirs de bouche.

J’habite à la Maison du conte avec une histoire ancienne.

J’habite avec un éclat de vitre dans une maison de verre.

J’habite avec un dresseur d’éléphants recyclé en montreur de serpents à sonnettes à la Maison du Cirque.

J’habite à la cave d’une Maison de l’emploi avec un syndicaliste autiste.

J’habite un monochrome de Malevitch et l’album blanc des Beatles à la Maison blanche.

J’habite avec une Claire de notable à la Maison des notaires.

 

Résultat de recherche d'images pour "hundertwasser peinture maison"

 

J’habite seul à la Maison pour Associations.

J’habite un kot en kit à la Maison du bricolage.

J’habite à la Maison de l’enseignement avec une lycéenne qui m’apprend à vivre.

J’habite avec un journal tourné vers l’Avenir à la Maison de la Presse de chez Nethys.

J’habite à la Maison de l’agriculture sur une moissonneuse-batteuse dernier épi.

J’habite derrière une colonne de Buren de la Maison des artistes.

J’habite dans un boîte en bois de sapin à la Maison du Père Noël.

J’habite la voix d’une animatrice enrouée de la Maison de la radio

J’habite une saison poussiéreuse au grenier de la Maison de l’environnement.

J’habite avec un réchauffement climatique au gaz sur le toit d’une Maison du monde.

J’habite avec un Paris-Brest arrêté à Rennes à la Maison des Dessert.

J’habite à la Maison du Désert sur l’unique bosse d’une chamelle extraordinaire.

 

Résultat de recherche d'images pour "hundertwasser peinture maison"

 

J’habite avec un idiome disparu au sous-sol de la Maison des Langues.

J’habite avec une couche souillée de Lady Gaga dans la Maison des langes.

J’habite avec un caleçon con dans une Maison du slip mal tenue.

J’habite avec une allumeuse au néon dans une maison de passe qui a pignon sur cul.

J’habite avec un employeur bondagé dans une Maison de l’entreprise fermée pour cause de soumission de personnel.

J’habite avec la marionnette de la N-VA dans une maison de poupée politique belge.

J’habite dans une religion stricte à l’écart de la Maison de la laïcité.

J’habite avec une page de sable dans une Maison du livre qui donne sur la mer.

J’habite avec une princesse au bois dormant dans la Maison du roi des songes.

J’habite avec une grosse légume au potager royal de la Maison du jardinage

J’habite avec une boule de nerfs dans la Maison du zen.

J’habite avec un loup de mer à la Maison du masque maritime.

 

Résultat de recherche d'images pour "hundertwasser peinture maison"

 

J’habite au pied d’une montagne d’os à la Maison du Chien.

J’habite le cerveau d’une tête pensante à la Maison des sciences.

J’habite dans une position délicate à la Maison du yoga.

J’habite sur une couche de mousse à la Maison de la bière.

J’habite sur la place de l’Eglise de la Maison du village.

J’habite avec un monocle sur un monocycle dans la Maison du vélo borgne.

J’habite un trou perdu sur le green de la Maison du thé.

J’habite à la Maison des Maths un espace vert euclidien planté d’arbres de Cantor.

J’abrite un Sans-abri à la Maison des Quatre-vents.

J’habite au bord d’un expresso froid à la Maison du Café fort.

J’habite dans un aéroport en grève sur le seuil de la Maison des vacances.

J’habite avec un pilier de bar socialiste à la Maison du peuple de l’herbe rouge.

J’habite un souvenir oublié à la Maison du temps perdu.

E.A.

Image associée

Les peintures sont de Friedensreich Hundertwasser (1928-2000), artiste autrichien.

MES EXPOSITIONS (aphorismes)

LIEN vers TOUS LES TEXTES du SAC A MALICE 

Le TOP 5 d’ÉRIC ALLARD

Résultat de recherche d'images pour "eric allard poésie"

 

1. CE LONG SILLAGE DU COEUR de PHILIPPE LEUCKX, poésie, La tête à l’envers

Résultat de recherche d'images pour "ce long sillage du coeur leuckx la tête à l'envers"

2. EXTINCTION DES FEUX?, DENYS-LOUIS COLAUX, nouvelles, Jacques Flament Alternative Editoriale

3. PAUL, JE M’APPELLE PAUL de LORENZO CECCHI, roman, Lilys Editions

4. CE N’EST PAS RIEN de DANIEL SIMON, nouvelles & textes brefs, M.E.O.

Ce n'est pas rien

Et, last but not least, ex-aequo donc, deux romans historiques singuliers:

5. SI PRES DE L’AURORE de DANIEL CHARNEUX, Luce Wilquin ( Prix Gauchez-Philippot et Prix Alex Pasquier 2018)

Résultat de recherche d'images pour "daniel charneux si près de l'aurore"

LUMIÈRES DANS LES TÉNÈBRES de PHILIPPE REMY-WILKIN, Samsa (Award Sabam de la catégorie Littérature 2018)

 

Notes de lectures sur Les BELLES PHRASES sous l’appellation LU ET APPROUVÉ

Notes de lectures sur CRITIQUESLIBRES.COM (sous le pseudo de Kinbote, personnage de Feu Pâle de Nabokov)

 

 

Le TOP 5 de NATHALIE DELHAYE

ac5663f3df9b
Nathalie DELHAYE

1. RAVIVE de ROMAIN VERGER, Editions de l’Ogre 

1ereravive.jpg

2. LE JOUR D’AVANT de SORJ CHALANDON, Grasset

3. LES ÉCRIVAINS NUISENT GRAVEMENT A LA LITTÉRATURE d’ÉRIC ALLARD, Cactus Inébranlable 

Cover minute d insolence

4. LES ANNÉES CREUSE de DANIEL BIRNBAUM, Jacques Flament Alternative Editoriale

5. LA FACTURE de JONAS KARLSSON, Actes Sud

Résultat de recherche d'images pour "LA FACTURE de JONAS KARLSSON babel"

 

Les CHRONIQUES DE NATHALIE DELHAYE pour LES BELLES PHRASES

Toutes les chroniques de NATHALIE DELHAYE pour CRITIQUESLIBRES.COM 

 

LE TRAQUET KURDE de JEAN ROLIN (P.O.L.)

Résultat de recherche d'images pour "jean rolin le traquet kurde"

Le traquet kurde, qui sert de motif et de point de départ à ce livre « se reproduit à partir du mois d’avril dans une zone montagneuse courant du sud-est de la Turquie à l’ouest de l’Iran, laquelle correspond assez exactement à la zone de peuplement kurde. »  Ce qui a attiré l’attention de Jean Rolin, ex-grand reporter et formant avec son frère Olivier une des fratries littéraires les plus fameuses de la littérature française, c’est la découverte en 2015 d’un traquet kurde au sommet du Puy de Dôme, trois mois après qu’une milice kurde a repoussé avec l’aide de l’US Air force une offensive de l’Etat islamique contre la ville de Kobané.

Résultat de recherche d'images pour "jean rolin"
Jean Rolin

Ce périple qui va mener Rolin, historiquement, du XIXème siècle à nos jours et, géographiquement, de la Normandie sur les lieux mêmes de l’habitat du traquet, raconte aussi les collusions que n’ont pas cessé d’entretenir, surtout en Grande Bretagne, l’espionnage et l’ornithologie, ce qui nous vaut des portraits de quelques ornithologues fameux aux destinées aventureuses tels que les extravagants Meinertzhagen ou John Pilby plus espions que diplomates qui tuaient, cela dit, l’objet de leur admiration plutôt que les cocher, comme c’est pratiqué de nos jours.

À ce propos, Rolin écrit : «  Si la relation qu’entretient l’ornithologie avec la guerre, l’espionnage ou la diplomatie est illustrée par de nombreux exemples (…) est l’un des rares où elle se conjugue avec le meurtre. »

Résultat de recherche d'images pour "jean rolin le traquet kurde"
Le traquet kurde

Dans ce récit qui, pour partie, se situe dans une des régions les plus géopolitiquement sensibles de ces dernières années, jamais l’auteur, qui ne se départit d’un flegme littéraire tout britannique, tenant à distance respectueuse l’objet de son observation, ne se permet de considérations politiques même si on comprend qu’il défend, via le traquet traqué, la cause du peuple kurde. Aucun avis, aucune considération personnels, de ceux qui font les mauvais écrivains, du moins dans l’exercice romanesque, n’est ici exprimé.

Un récit tonique, donc, servi par une écriture minutieuse et volontiers digressive qui fait de ses doutes une arme de précision et nous transbahute d’un lieu à un autre, d’une époque à une autre, sans qu’il y paraisse.

Ce livre, qui est un des derniers édités par Paul Otchakovsky-Laurens, a été récompensé du Prix Alexandre-Vialatte.

Éric Allard

Le livre sur le site de P.O.L.

JEAN ROLIN sur le site de P.O.L.

François BON présente quelques livres de Jean ROLIN