LE JOUR DU ROT

Résultat de recherche d'images pour "roter"

Traditionnellement, dans de nombreuses villes de Wallonie, le premier dimanche suivant les élections est un jour consacré à l’éructation. Un bureau de rot est constitué d’un président, de son secrétaire et d’assesseurs qui, non seulement, prend acte des présences mais fait aussi office de jury pour l’attribution des divers prix récompensant  les plus beaux, les plus longs et tonitruants rots.

Une tradition dont on ne sait au juste quand elle est apparue mais qui correspondrait à la date de l’instauration du vote obligatoire (à la fin du XIXème siècle) en guise d’exutoire comme d’hommage au jour de vote en ces contrées volontiers carnavalesques.
Les concourants s’acquittent d’un droit d’inscription qui leur donne droit à une collation consistant en un mets léger, généralement traditionnel, et d’une boisson, généralement gazeuse, de façon à bien roter dans les premières minutes suivant l’in(di)gestion.

Un jury d’experts, souvent chasseurs et donc amis du cri des animaux, juge le rot à l’intensité du son (en db), à sa durée (en s), à la profondeur du son (en cm) mais aussi à la beauté du geste car le rot est un geste esthétique qui prend sa source dans l’estomac humain pour traverser toutes les composants de l’appareil phonique en faisant méchamment vitrer les cordes vocales pour jaillir, comme un vent, de l’ouverture buccale.

Les roteurs anarchistes, déjà fort collationnés à leur arrivée sur les lieux et n’ayant pas bu que de l’eau gazeuse, sont généralement placés hors-compétition. Ils mangent de tout sans ordre ni règles et sont d’ailleurs très mal perçus de ceux qui contrôlent scrupuleusement leur alimentation et leur poids. Il n’est pas rare qu’au cours d’un long rot ils vomissent un jet fourni. Les remettants du prix se revêtent d’ailleurs d’une serviette de protection de façon à faire face à ce désagrément.
Les adeptes de la décroissance se sustentent très peu, ils boivent à l’économie ; pour peu excréter, ils consomment peu. Ils sont aussi avares de leurs rots et ne figurent que rarement parmi les lauréats.

Le roteurs végans font des rots biodégradables dans l’air ambiant ; les catholiques, des rots vertueux et pisseux, les communistes des rots qui empestent longtemps ; les musulmans, des rots voilés ; les roteurs des listes citoyennes restent sans voix ; les libéraux pètent autant qu’ils rotent et en capitalisant leurs émissions ; les socialistes ne savent plus à quels types de rots se vouer pour se maintenir au sommet d’une discipline dans laquelle ils sont vite passés maîtres en fonction de leur longs cous tortueux.

Après l’attribution des prix, en présence des édiles communaux reconduits dans leurs fonctions pour six longues années, les agapes se poursuivent jusque très tard dans la nuit ; de nombreux certificats médicaux seront octroyés le lendemain par les médecins présents à la festivité et là, les amateurs comme les spécialistes du rototo peuvent s’en donner à gorge joie. C’est alors qu’en vérité les plus percutants rots sont émis, de l’avis des participants encore à même de poser un jugement clair.

Il se dit qu’à des kilomètres à la ronde les soirs d’orage, les bruits des rots prédominent sur les coups de tonnerre. Les zélateurs de la réjouissance ajoutent que des éclairs zébrés et puissants jaillissent aussi des gaz produits dans la nuit de liesse.

+++++

À (re)lire: DIMANCHE DE VOTE

 

Publicités

DIMANCHE DE VOTE

Résultat de recherche d'images pour "jour de vote"

 

dimanche matin

nous n’irons pas à la messe

ni au musée ni au cimetière

(enfin pas que là)

nous irons au bureau de vote

sans fleurs ni couronnes

sans trompettes ni tambour

contre une convocation et un document d’identité

on nous tendra un bulletin ou deux

seul dans l’isoloir

on fera notre petit besoin électoral

sans faire de saletés ni de miettes

sans déborder sur le temps de vote d’autrui

sans excès ni entrain

comme on a toujours vécu

proprement maladivement honteusement

on ne prendra pas de selfie non

puisque on ne pourra pas le poster

(combien de fois votera-t-on encore avant de mourir?)

 

puis des citoyens requis pour cette tâche

compteront les bulletins les mettront en paquets

les rouges avec les rouges

les verts avec les verts

les bleus foncés avec les bleus clairs

1 BLEU 2 VERT 3 ROUGE 4 NOIR 5 ORANGE

(Rimbaud si tu nous voyais)

après avoir éliminé les mauvais

les blancs évidemment

ceux qui ne sont pas dans les règles

ceux qui ont été mal rédigés ou raturés ou raillés

c’est tout un métier que d’être dépouilleur

ça s’apprend sur le tas pas besoin d’école

pour la politique on compte pas pour du beurre

au soir à la télé à partir de nos votes

qui auront été quantifiés mis en images cartographiés

on reparlera de nos favoris de nos voisins de nos amis

qui auront eu leur quarante jours de célébrité

sur les affiches des partis

seules certaines têtes de liste

seront ravies d’avoir été (ré)élues

pour six nouvelles années

à la tête d’une administration ou l’autre

nous on retournera bosser comme avant

ou chômer ou glander ou faire la manche

ou faire le pitre ou le chef ou le subordonné

on sera à nouveau artiste ou ouvrier ou employé

ou cariste ou carriériste ou gardien de nuit

ou infirmier ou touriste ou migrant ou militant

on fera la queue pour une place au parking

pour un logement pour un nouveau smartphone

pour une meilleure place dans le métro

dans la file d’attente on aura un numéro

un petit numéro sur une liste c’est déjà ça

pour occuper une place dans la société du spectacle

régulièrement à la télé aux infos dans les journaux

on verra ceux pour lesquels on aura voté

ils ne nous verront plus eux seuls sont visibles

depuis des générations ils sont nés pour diriger

gouverner tirer à eux le profit des travailleurs comme des non travailleurs

le mode de scrutin n’a jamais eu d’importance pour eux

 

dimanche ils n’iront pas à la pêche ou à la chasse

ni en week-end ni en mini-trip

ni au musée ni au cimetière

ni à la messe

(enfin pas que là)

ils iront voter

pour donner le ton la cadence le tempo

ils savent donner de la voix

c’est pourquoi ils récolteront des voix

ce sont des musiciens rentrés des amuseurs publics

mais personne n’aime la musique

ni l’art qui se fait (aussi) dans la douleur

dans le profond de l’âme et du coeur

et ils le savent

si on aimait la musique on n’irait pas voter

on irait au concert on jouerait dans les rues

dans les champs dans les forêts dans les cours

on écouterait le chant des oiseaux

la poésie des petits pois dans la poêle

le fracas des ferrailles dans le compresseur

le bruit des feuilles dans les grands arbres

le fascinant dérangement des saisons

le lent dérèglement de tous les sens

le sifflement du soleil entre les jambes de la cycliste

le la des cordes frappées sur le do du piano

le frôlement des robes dans le vent des caresses

le fruit des baisers pressés contre les langues

le frou-frou des peaux dépiautant l’amande du désir

les fleurs qui fleurissent aux lèvres des mots doux

le chuintement de la chouette dans les broussailles de la nuit

le roucoulement de la colombe le brame du cerf le chant de la baleine

la corne de brume du bateau qui arrive au port

le feulement du feu dans les bulletins de vote

le feulement du feu dans les bulletins de vote

UN BON ROI

Résultat de recherche d'images pour "roi scrabble"

Dans ce pays, le seul non-écrivain est roi. Le régime politique dudit pays est basé sur  le mérite. Autrement dit, le sujet le plus méritant hérite de la plus haute place du royaume et la conserve tant qu’il le demeure. C’est rare.

Comme tous les habitants de son pays, le roi a été écrivain et il a dû beaucoup travailler, franchir de nombreux échelons, passer des examens ardus, pour ne l’être plus. C’est un parcours inédit qui a été salué comme il se doit par l’octroi de la couronne.

Chaque semaine, le roi fait profiter de son expérience et reçoit en audience des écrivains qui, comme lui, voudraient pouvoir renoncer à l’écriture.

Bon prince, le roi a fait organiser partout dans le pays des ateliers de non écriture afin de sevrer le bon peuple de sa vilaine habitude qui confine, aux dires de certains spécialistes des pays étrangers, à une addiction ou une mode.

Comme tout haut dignitaire, il est entouré de nombreux conseillers et courtisans qui n’ont pas son excellence, des conseillers qui ne peuvent s’empêcher d’écrire ses discours et de l’abreuver de conseils sans conséquence.

Pas fou, le roi qui ne veut pas renoncer si vite au trône, prend soin à ce que de nombreux prix littéraires récompensent dignement tous les citoyens, sans exception, et à ce que chacun puisse publier sans difficulté le moindre ses écrits sans jamais rester oisif car, comme seul un roi sait, l’oisiveté est mère de toutes les convoitises.

UNE ASSOCIATION DE LECTEURS VEUT RENDRE LES PAGES PROPRES

Image associée

Trop de mots pisse-partout, de ralentisseurs de récit, de phrases kilométriques, de relents de Nouveau roman, de miasmes de surréalisme, de crasses philosophiques, de saloperies poétiques, d’antanaclases et de relatives, d’adjectifs et de subordonnées … sur les pages des livres d’été!

Tels sont en gras les propos, un rien décousus, tenus par une association de lecteurs naturistes, ivres de soleil, de mojito et de musique, parmi lesquels des enseignants en congé, des étudiants fatigués, des techniciennes de surface en apnée, des soigneurs d’auteurs blessé à leur ego, des critiques carbonisés, des pharmaciens en sandales, des boulangers en tongs, des infirmières en string sous des médecins en bermuda, des deltaplanistes tombés du ciel au pied d’une belle grue, des jardiniers au ras des pâquerettes, des terrassiers en terrasse, des lécheurs de sel, des preneurs de poivre, des pêcheurs de poulpes, des banquiers sur le sable, des hébergeurs en vacances, des Sans papier sans carton, des avocats sans barreau, des géographes sans carte, des historiens sans histoire, des artistes sans subsides, des horlogers sans montre, des lèvres ouvertes et des yeux fermés.

Les Associations d’écrivains du littoral en ont pris bonne note et ont répondu par un communiqué que des dispositions de nettoyage seraient prises pour la rentrée prochaine afin que leurs membres produisent en masse et aussi vite que possible des livres légers et sans m(eg)ots superflus pour les vacances d’hiver.

 

PENTAGONE, HEXAGONE & TOUR DE FRANCE

Résultat de recherche d'images pour "france hexagonale"

Fred & Jamy, le plus fameux duo de (vulgarisateurs) scientifiques après les Frères Bogdanoff, s’est reconstitué afin de procéder à des mesures inédites.

Ainsi, mesurant au millimètre près (ils n’ont pas poussé la précision jusqu’à mesurer au au ma/icron près), ils ont découvert, avec l’approbation du président Trump (pas si vilain bougre que cela) que le Pentagone de Washington, siège du quartier général de la Défense, n’était pas un pentagone parfait mais un hexagone, fort irrégulier, certes, mais bien un hexagone.

Déjà, les adeptes de la théorie du complot ont avancé des théories qu’il n’est pas dans les compétences de ce maigre article d’examiner ni de développer… Fred & Jamy ont ensuite procédé à des métrages des côtés de l’Hexagone français et, se basant sur la théorie des figures fractales, ils seront bientôt en mesure de délivrer leurs résultats. Mais déjà on ne peut s’empêcher de supputer (l’époque est ainsi faite)…

Et si l’Hexagone se révélait un heptagone, voire un octogone, un hexadécagone… et, de fil en aiguille eudoxien (à défaut, archimédien), un cercle, aussi peu parfait que l’on veut (sinon les arpenteurs du globe s’en seraient quand même aperçus depuis longtemps) ?

Que deviendrait la France et les Français, eux les Champions du Monde du ballon rond, s’il s’avérait qu’ils vivaient bien au sein d’un cercle (cerceau d’enfant, girouette, roue de vélo) faisant, comme chaque été, le tour de la France, figés dans une circularité qui les dépasse et les renferme sur eux-mêmes (tel le Bernard-l’ermite dans sa coquille, tel Dante dans un des cercles de l’Enfer) ?

Il n’appartient pas à ce maigre article d’examiner plus avant cette hypothèse ni d’en faire l’analyse, seulement de la formuler en des termes compréhensibles du plus grand nombre (sans cependant pousser celui-ci jusqu’à l’infini).

La France entière, et le monde qui tourne autour, sont suspendus durant cet été aux calculs de Fred & Jamy.

Résultat de recherche d'images pour "fred et jamy  gif"

Les 50 RÉCLAMATIONS des 1000 UNIVERSITAIRES BELGES

On se souvient qu’il y a un mois, le 8 juin 2018, tout un peuple s’était ému en découvrant l’existence d’une pensée centrifuge au sein du monde universitaire et qui, de plus, pouvait produire, à mille exemplaires, une pensée unique, riche et nécessaire certes mais au fond assez sommaire. Elle prit la forme d’une réclamation qui parlait au cœur et en laissait présager d’autres. Après cette fusée, on était, en effet, en droit d’attendre un feu d’artifices de considérations tous azimuts dans les semaines suivantes. Un député belge et ex-ministre, dans La Libre Belgique du 4 juin, avait d’ailleurs poussé la profession à s’exprimer davantage. Prise de position qui avait par ailleurs fait réagir dans le même journal quelques jours plus tard un écrivain belge par une lettre ouverte.

On le sait peu (Coupe du Monde oblige?) mais Les 1000 Universitaires Belges ont réagi, de façon réservée, soit, et suivant leur habitude de travailler en vase clos, et si nous n’avions pas été attentifs à recueillir les fruits de leurs réflexions, il est fort à parier qu’elles seraient restées lettres mortes. Des réclamations, pour le coup, extraverties, que je vous invite à découvrir ici.

Image associée

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament le port du casque à pointe obligatoire en cas de dépassement de la vitesse de fascisation autorisée.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament la fin du doigt au fondement lors de l’examen de détection des fuites de gaz pouvant provoquer l’inflammation des selles sèches.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament l’accès aux bancs publics gratuits pour les SDF (Sans Divan Fixe) de plus de cinquante ans d’analyse.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament le recouvrement de tous les sens par des peaux douces, luisantes et parfumées, susurrantes à souhait et bonnes à mâcher.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament la fin de tout signe distinctif d’intelligence humaine sur les réseaux sociaux (même si l’affaire est en bonne voie).

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament l’arrêt immédiat de toute indignation politique au-dessous de 3000 signes car des études friables ont montré qu’au-delà de 280 l’indignation s’épuise en vains points de suspension…

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament pour les caresses la levée du contrôle aux frontières entre la ligne du bas du dos et la courbe des fesses lors de l’accouplement entre partenaires politiquement compatibles.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament la crémation d’un poème par jour sur les réseaux sociaux afin de se prémunir pour l’été des feux de poésie catastrophiques pour le biotope littéraire.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament l’arrêt des jeux de hasard sur les aires d’autoroutes du sport vidéomobile en circuits fermés.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament le port des pleurs au balcon des coeurs en cas de larme à l’oeil et de veine méchamment ouverte.

 

Image associée

 

Lzes 1000 UNIVERSZITAIRES BELGZES réclamzent l’obligatzion dzu Z dzans touzs lzes substantzifs, estimzant quze lza vzie sanzs Z nze vzaut pasz lza peinze d’êtrze zécrite.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament le vote blanc pour les peaux rouges des abonné(e)s aux bancs solaires et le pot d’échappement libre pour toux.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament le rot gratuit en fin de banquet du PS et le voilage intégral de Laurette Onkelinx et Karine Lalieux pour calmer les ardeurs des militants de plus de soixante ans.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament 1000 VIERGES de toute lecture de Michel ONFRAY et de Tariq RAMADAN.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament l’extinction des feux télévisés après la diffusion de l’intégrale des 8 saisons de Touche pas à mon poste, pas avant.

Les 1000 (supposés) UNIVERSITAIRES BELGES réclament le droit de visite des parents allusifs à leur progéniture fictive à la condition qu’ils absorbent une dose improbable de comprimés une heure avant la nébuleuse rencontre.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament l’Ecole de la dernière chance avant le saut dans le vide de l’Ignorance.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament le port obligatoire de la trompe et de la queue pour distinguer sans risque d’erreur l’internaute intellectuel de l’usager commun des réseaux sociaux.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament le retrait immédiat de l’huile de palme de tous les moteurs de pédalos et celui à court terme de toutes les pailles en plastique des cocktails à base de mojito.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament la plastification des gestes dans la cérémonie du thé et l’encordage des lutteurs lors des épreuves de sumo pour le plus grand plaisir des spectateurs de la lenteur.
Image associée

 

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament l’ajustement de tous les points presse people sur une ligne journalistique dure mais populaire.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament le droit de fuite hors de Belgique pour un tour du monde en 80 barques (à raison de 12,5 universitaires belges par barque – certains devront, eh oui, se couper en deux).

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament la poésie pour tous et le vers solitaire pour chacun.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament le foot pour tous et la pétanque pour les autres.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament la libération inconditionnelle de tous les journalistes sportifs détenus en Russie.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament la redéfinition des fameux sept JOURS BLANCS en jours rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo et violet. (Ils n’ont encore rien réclamé à propos des nuits blanches debout.)

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament l’abolition de l’ébullition de l’eau bénite sur le front de mer des cabines d’église.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament pour le 14 octobre prochain un corps électoral de rêve versant l’écume d’une sensibilité politique aiguë et internationalement méconnue dans les urnes accueillantes du bureau de vote le plus propre.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament l’arrêt du port de la raie dans tous les ports de l’Île de Ré pauvres en porc de Bigorre et en racines de raifort (et puis quoi encoRE!).

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament l’imposition des nains sur les tables basses lors des banquets géants pour élever le service à la hauteur des convives aux dents longues et dures.
Image associée

 

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament le doublement de leur effectif pour assurer le maintien de la pensée nationale dans le peloton de queue européen

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament le contrôle de l’urine royale avant toute grande cérémonie officielle et la vente libre des petites culottes de la reine Mathilde au profit des plateformes d’hébergement citoyennes.

Premier jour des SOLDESLes 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament une ristourne de 100 % sur toutes les idées émises sur le territoire belge, autrement dit la gratuité sans laquelle la pensée serait trop chère pour les cerveaux démunis.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament le dénouement de tous les noeuds anticonstitutionnels et leur remplacement par des ronds-points sensuels transformables sur commande des présumés utilisateurs en Eros centers de fortune.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament la distribution gratuite de tartes al’djote et de bières d’abbaye à tous les parents d’enfants restés au rez-de-chaussée de l’ascenseur social quand ce n’est pas au trente-sixième dessous.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament l’abolition de l’escalade au-dessus de trois ânes et demi et la ponctualité de tous les trains de mesures qui ne respectent pas l’heure de plainte des cheminots.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament l’octroi d’orques supplémentaires au ministère de la Santé pour pallier le manque de baleines bien portantes en milieu marin hospitalier.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament le bord du lac obligatoire pour tous les militaires nu-tête affectés d’un début de calvitie et sensibles aux bienfaits de l’eau sur le corps d’armée.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament l’achat massif d’échos de voix venus de Vénus pour contrebalancer le défaut de choeurs libres en provenance de Mars.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament la fin de l’obsolescence programmée pour les livres d’usage courant dont la durée de vie (et de recension dans les revues et journaux) est actuellement estimée à 6 mois 18 jours et 15 heures (pas une minute de plus).
Image associée

 

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament l’ouverture du monde carcéral à la vie associative & littéraire étant entendu que tout détenu se vit en écrivain friand de socialité et que tout écrivain se rêve en animateur d’atelier d’écriture en prison.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament le droit à la tension élémentaire de 220 volts, y compris en cas de pénurie d’orages.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament la scolarité obligatoire entre 1 et 2 mois, âge auquel l’étudiant est le plus à même de téter la savoir à la source de la connaissance, d’après la dernière étude de l’Association des Enfants en Bas Âge des Psychopédagogues Belges.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament la capitalisation des pailles plastique ayant été sucées avec succès pour que les sols arides de la Nouvelle pensée se capillarisent sous l’effet des formes recyclables de l’intelligence artificielle et du Web 3.0.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament la lancer de pavés dans la maréchaussée de l’étang donné qu’il y a du flic au lac, les contredanses vont tomber salées et faire des ronds de pilon de poulet rôti dans l’aube.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES de l’ULB réclament la suspension provisoire du libre arbitre pris en sandwich entre le jambon de l’ignorance et la raison du fromage de ferme sur le terrain de la consommation rapide du prêt-à-penser-n’importe-quoi entre deux salades.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament un colloque de locataires et de techniciens de surface sur le thème de la propreté privée dans le but de rendre toujours plus seyant le bien d’autrui en s’avilissant le moins possible.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament l’ouverture des mortes avec un pied-de-biche et en plein jour pour libérer les esprits du Grand cerf et faire circuler les gaz nauséabonds qui enveloppent l’Universel d’un gaz assez nauséabond.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament la liberté de se couper en morceaux avec un couteau à tarte de soumise si on se trouve dans l’incapacité de régner sur autrui sans partage ni tabou.

Les 1000 UNIVERSITAIRES BELGES réclament l’endormissement des rêves sur les tables de nuit et le réveil brutal de la libido sur le sable chaud des grèves humides dans les chambres à boucher la vue sur l’extrême nudité des femmes nubiles.

 

Image associée

 

Pour ne pas rester dans la parodie ou la caricature, signalons cette charte des académiques engagés par laquelle « les signataires, académiques de toutes les universités belges, s’engagent à sortir de leur réserve et à prendre position dans les débats qui animent notre société, dans le respect bien entendu de la liberté de pensée individuelle » et à laquelle un site est consacré.

MON PARTI

DSC08647.JPG

   

Tout parti vit de sa mystique et meurt de sa politique.

Charles Péguy, Notre jeunesse (1910)

 

   Le parti m’a fait. Il a introduit sa longue tige idéologique dans le ventre de ma mère porteuse pour déposer sa semence et, dans la foulée des élections suivantes, je suis né. Tel que mon parti m’a fait. Tel, pour ainsi rire, que vous me voyez sur les listes électorales, mes traits en gros plan, au comble de la félicité, et mon corps qu’on devine, membres absents mais néanmoins constitutifs de mon être social. Tout entier dévoué au parti, à son président, à ses statuts, à son programme, à son Électeur. C’est avec quelques doigts d’une main d’un de ces membres que j’ai signé mon adhésion au parti, que je vote et revote sans fin pour mon parti, que je me révolte avec mon parti.

   Je mourrai quand mon parti le voudra car je ne dois mon existence politique, et tout mon être à sa cause dédié, qu’à mon parti. Je vais où mon parti le décide, je viens quand mon parti me désire et me veut. Je crie, je jouis, je n’ai jamais d’aussi bons orgasmes qu’au sein même de mon parti. Tout le monde les voit sur les photos où on me distingue au milieu des militants de mon parti, je ne cache pas mon plaisir car c’est un plaisir public, né du public, fait pour le public. Je suis un être sociable, fait pour autrui et au service d’autrui. Je n’ai pas de moi qui m’appartienne, le meilleur de moi-même appartient au parti. J’ai choisi d’appartenir à mon parti, tel un cabot à son maître, tel un soumis à sa maîtresse, telle une murène à la pourriture. C’est un libre choix de contraintes: quand mon parti gagne, je gagne. Je veux la réussite de mon parti. Je veux le bonheur du parti. Je ne veux pas quitter ce monde avant d’avoir vu le bonheur de mon parti ruisseler sur le monde et le socle des militants heureux et la horde des électeurs ravis. Je partirai le jour que mon parti voudra me voir partir. Je mourrai à moi-même et même si le parti me rejette je mourrai en sachant que c’est la volonté du parti et l’autre partie de moi-même, la partie dévolue au parti, s’éteindra dans un soupir de contentement dirigé vers le seul front serein du parti.

   Le parti m’a fait. Il est libre de mes faits et gestes. De mon sexe et de ma peau. De mon visage pour les photographies (même mes selfies lui sont dédiés car je suis le visage de mon parti) et de mon cerveau pour ses idées. Je m’assois dans les sièges que mon parti a prévus pour moi, je me couche dans les lits des dirigeants qu’elle a choisis pour mon repos et mon plaisir personnel. Je suis au service de mon parti, corps & âme, pieds & poings liés. Je dois mon existence au parti. Je représente le parti, je suis le parti, je vais où le parti me dit d’aller, de faire, et je dis ce que le parti me dit de dire, de taire. Je m’exprime dans les mots mêmes du parti. Je respecte mon parti plus que quiconque, je prie pour mon parti, je pleure pour lui dans la défaite des larmes de sang.

   Les soirs de spleen électoral, je lèche la carte de mon parti, je la promène sur ma peau, je l’arrête là où je veux car c’est la carte de mon parti, elle est aussi faite pour les caresses, les baisers, les marques d’affection, les bavures et les mouillures. Les cartes de parti sont faites pour l’amour, le grand amour, celui qui est aussi fait de débordements et de salissures.

   Le parti m’a fait. Il a introduit sa longue tige idéologique dans le ventre de ma mère porteuse pour déposer sa semence et, dans la foulée des élections suivantes, je suis devenu l’heureux élu.