LA FABRIQUE DES MÉTIERS – 83. ÉLEVEUR DE MARMOTTEMENTS

Idées cadeaux marmotte à acheter en ligne | Spreadshirt

Le marmottement est un gargouillis de langage né d’un défaut d’expectoration. Il vit dans la glaire de la glotte. Il se situe au croisement des systèmes pulmonaires et digestifs.

L’éleveur de marmottements devra posséder une bonne connaissance de la bioculture et du non verbalisable, il sera expert aussi bien en laryngologie qu’en dépression linguistique.

Pour l’oreille commune, le marmottement ne se distingue pas du marmonnement. Seule l’oreille fine reconnaît le marmonneur au fait qu’il produit des sons plus graves, issus d’une région inférieure de l’appareil phonatoire comme d’une région arriérée du cerveau.

Le marmottement, pour persévérer dans son être (comme Spinoza l’a expérimenté sur les verres de lunêtre), doit vivre dans un conduit suffisamment large que pour laisser passer l’air mais assez étroit que pour ne rien libérer d’audible.

Il doit sans cesse veiller à une constriction mesurée du conduit vocal par, éventuellement, l’envoi de muquosités ou autres expectorations, un afflux de salive ou d’émotions suffisamment fortes pour entraver le bon fonctionnement des organes élocuteurs. Faire Houhou! en montrant une photo de Houellebecq tirant la langue ne suffit pas. Il faut lui lire à haute voix un paragraphe d’un livre d’Edouard Louis pour lui faire ravaler sa superbe.   

L’éleveur de marmottements ne doit viser qu’un but : que la chose prédite ne soit jamais exprimée clairement, là où elle se libère sans nécessité et sans originalité, sauf pour débiter les lieux communs requis par le situationniste pour ses agissements. Elle ne doit jamais venir alimenter la somme du déjà redit mille fois.

Il doit viser l’étouffement du rire, maintenir le trait d’humour au fond de son non-rire. L’horreur serait qu’un phonème, pire, un vocable, soit compréhensible de l’extérieur et s’écoule dans le flux courant.

Expliquons-nous ! L’élocuteur empêché, sujet au bredouillement, doit rester incompréhensible de façon à ce que ses actes demeurent interprétables à loisir pour les besoins du pouvoir en place et des présidents de parti assis sur leur siège éjectable.

Car où irait la société du spectacle et du dépaysement si tout le monde sans exception libérait sans contrainte ses sécrétions verbales, ses déjections de pensée ?

À ce stade du vade-mecum, ne confondons pas escargot et marmottement.

Si l’escargot, une fois cuit, et relevé d’un beurre à l’ail, s’extrait de sa coquille avec une fourchette à deux dents, le marmottement n’a pas vocation à être retiré de son lieu d’élevage, même avec un abaisse-langue imbibé d’ail.   

Contrairement à l’héliculture, donc, la marmottologie est une science qui possède ses règles et ses praticiens.

D’ailleurs, peu de formateurs sont à la hauteur de cette formation car, par essence, le formateur ne pense qu’à exprimer clairement des choses que tout le monde sait depuis sa naissance (ou connaîtra avant sa mort). Le formateur zêta n’ajoute rien au savoir, il le perpétue. Il ne délivre rien de neuf, il ressasse de l’ancien jusqu’au rejet de tous les apprentissages. Mais nul n’a l’intention ici de dénigrer le saint enseignant, que cela soit aussi peu clair que confus – comme le veut cette neuve science que ces phrases narrent navrement.

Bref et pour conclure (avant qu’il soit très tard), l’éleveur de marmottements est plus proche du gardien du silence que du défenseur de la liberté d’expression. Il est un des rares métiers essentiels au bon dysfonctionnement de notre indigeste démocratie.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s