DIX DIALOGUES sans conséquences

Partridge-India-Dialogue-pic.jpg

Les forces 

          Si je meurs, tu m’aimeras davantage ?

          Pourquoi dis-tu ça ?

          Plus je perds des forces, plus on me trouve belle !

          Tu es sûre ? On va voir. Perds des forces !

(un temps)

           Voilà, c’est fait !

          Incroyable !

 

 

La patate et la pitta

– Tu es pataphysicien aussi ?

 – Non, pittaphysicien, et encore.

–  Quelle drôle d’idée !

–  La patate, non, vraiment.

–  Même en frites ?

–  Moi et les sciences…

 

 

Le silence et le bruit
– Le silence, il n’y a que ça de tel.

– Le bruit, mon ami, il n’y que ça de vrai.

– Je ne veux rien entendre.

– Il faut nourrir son oreille !

– Pas même un soupir…

– Quelle absence de tumulte !

 

 

Trente ans
– Vous avez mis combien de temps pour l’écrire ?

– Au bas mot, trente ans.

– Quelle rapidité, je ne mets jamais moins de cinquante ans.

– Et je n’écrivais pas tous les jours !

– Il ne faut pas demander…

– Si j’avais travaillé journellement, vingt ans maximum, et il était emballé.

 

dialogue.png

M le Maudit

– Vous ne pouvez plus le supporter ?

– Depuis le temps qu’il me tape sur les nerfs.

– Combien de temps, au fait ?

– 17 nuits !

– Et il n’est toujours pas mort ?

– Ce matin, au pied de mon lit. On l’enterre à midi.

 

 

La photo

– C’est vous en quatrième de couverture ?

– C’est ma photo, oui.

– J’aimerais l’avoir !

– Il vous faudra emporter le livre avec.

– Quand j’aime une photo d’auteur, je suis prête à lire le livre qui va avec.

–  C’est rassurant.

 

 

La neige, les nuages

– Quand il neige, il y a des nuages ?

– Comme quand il pleut.

– Je n’ai jamais fait attention.

– La prochaine fois qu’il pleut, regardez !

– J’ai toujours un parapluie au-dessus de moi.

– Il ne faut pas avoir peur de se mouiller.

 

 

Une forte demande

– Vous me mettrez deux kilos d’aphorismes.

– De  blancs? Des noirs? Des rouges ?…

– Du moment qu’ils se lisent.

– Je viens de recevoir une nouvelle variété…

– Ils sont bariolés. Puis on les dirait mal dégrossis.

– C’est de la production industrielle, cette saison littéraire la demande a été si forte…

 

 

 Dans ma tête

– M. Dafalgan, je suppose ? Moi, c’est M. Nurofen

– Je ne vous avais pas reconnu, vous avez changé d’excipient!

– Qu’est-ce qui vous amène ? La même migraine, je suppose.

– Quelle perspicacité, M. Suppositoire.

– Ne vous moquez pas, s’il vous plaît, nous sommes appelés à batailler ensemble.

– Je suppose.

 

dialogue.jpg

 

Publicités

Paolo FRESU & Omar SOSA

Paolo Fresu (trompette), Omar Sosa (piano) & Jacques Morelenbaum (violoncelle). Peintures d’Omar Ortiz.

 

0022d2b1_medium.jpeg

Paolo Fresu & Omar Sosa

Sur TROIS RECUEILS de Rolf DOPPENBERG & Patrice DURET

P.Leuckx.jpgpar Philippe LEUCKX

 

 

 

« Arithmétique des hirondelles », « Sauter nu dans le Styx », « Uriance », soit trois collaborations de deux amis suisses, autour des thèmes de la nature et des éléments. Une grande sensibilité unit ces deux voix, complices dans l’entretien subtil avec l’eau, la montagne, les mythes requis par une culture tissée de Grèce, d’Alpes profondes. En poèmes brefs (des quintils, des sizains), les deux poètes tissent le réel, jouent du vent, décèlent les « voix », les « souffles ». L’on sent la nuit passée à la fraîche, « le corps engourdi » après l’observation des astres, « la nuit « , « le pré noir ».

Uriance_couverture.jpg

La dextérité à décrire « la montée des ombres », l’extrême attention à restituer des moments vécus : « le val au couchant », « la contrée des cimes s’est inscrite en vous » : une grande empathie emporte ces textes, partageables tout en étant discrets et fermes comme des expériences uniques de pure poésie.

Rolf et Patrice se complètent, alternent les voix, les styles, proches dans cette vision de « l’eau dans la poitrine », de cette « vie à pleines gorgées », de ce « qui gorge l’arbre de nos artères ».

C’est un très beau travail duel sur la source même de leur poésie : pourquoi s’unissent-ils pour en conjoindre les effets ? L’amitié dense ? Le partage des mêmes terres ?

Nombre de textes évoquent la pureté des jaillissements, la semence, le feu, « les graines » en préparation, la sève ; nombre de vers exaltent ce feu des mots porteurs et ce désir qui s’inscrit en pleine nature. Tout un travail sur le regard et le corps trouve ici voix et densité :

voix à travers ruelles

le cours du corps

sentier sous les chênes

le sous-sol s’unit au ciel

parer les coups du sort

accourt l’encore

et l’hirondelle du lointain

L’ouverture à une nature qui vivifie, tramée de « pulsion de patience » et de « poussière alluviale des mots » porte ces livres au statut d’un « parfum musqué/ haut des collines » : marque de création de deux poètes frères, à l’âme paysagère, profonde.

Les trois livres sont édités au Miel de l’Ours, Genève, 2013-2014.

data_art_6444070_zoom945.jpg

En photo, Patrice Duret qui dirige Le Miel de L’ours depuis 2004.

http://www.mieldelours.ch/page1.php (copier/coller le lien)

Jean-Pierre GEORGES

Georges-JP-200_px.jpgJean-Pierre Georges vit à Chinon où il est né en 1949. Il est l’auteur d’une douzaine d’ouvrages. 

 

Le poisson rouge, à l’abri de deux fléaux majeurs : l’ennui et la rage de l’expression.

Jean-Pierre Georges, L’éphémère dure toujours, Tarabuste, p. 100.  +

Victime d’une conversation il doit s’aliter.

Jean-Pierre Georges, Le moi chronique, Les Carnets du Dessert de Lune, p. 32.

Le désir, un bien grand mot, c’est l’envie qui manque.

Jean-Pierre Georges, L’éphémère dure toujours, Tarabuste

Dilemme : le fusil ou le travail.

Jean-Pierre Georges, Le moi chronique, Les Carnets du Dessert de Lune

Septembre en fait des tonnes. C’est une éruption de bleu pur sur un canal, une apothéose de lumière que criblent les grands platanes penchés sur l’eau. C’est de tout côté éboulis de douceur, débauche d’harmonie.

Jean-Pierre Georges, Aucun rôle dans l’espèce

Je ne peux pas voir un chat dans la rue sans ressentir une complicité ethnique.

Jean-Pierre Georges, L’éphémère dure toujours

Que des bonnes questions, aucune réponse. Il faudrait que je m’astreigne à des mois — des années ! — de diète de lecture, que je trouve la force de me soustraire à la stérile intelligence des livres… pour que jaillissant de moi ou du ciel, de la terre ou du sang, ou même de nulle part, une étincelle annihile à jamais toute question et toute réponse.

Jean-Pierre Georges, L’éphémère dure toujours

Je suis né étranger au monde et j’ai regardé, impuissant, le film de ma vie. Tombereaux d’ennui ou richesses miroitantes ?… Je ne sais toujours pas ce qui m’échut. Une seule certitude : j’ai violemment haï le travail.

Par instinct — ou par bêtise — je n’ai rien « construit ». Par facilité et paresse j’ai tout fonctionnarisé, mensualisé : santé, confort, amour, amitié, écriture. J’étais un timide, je suis devenu un tiède. Je ne sais plus ce que c’est de souffrir.

Cela en mon pouvoir je jetterais mon sexe au premier chien qui passe. Car plus qu’une complication, c’est une plaie cette guérilla avec le ventre. Installé dans la pérennité de l’attente vaine, je forme un vœu sin-cè-re : je voudrais que ma femme soit heureuse.

Jean-Pierre Georges, « Sin-cè-re », Trois peupliers d’Italie, Tarabuste

Est-ce possible qu’il n’y ait rien à ce point, et que ce soit si lourd… Je suis découragé. J’ai un cerveau d’après exode lexical, y rencontrer ne serait-ce qu’une virgule tiendrait du miracle. Aucun mot ne se présente à mon esprit. Je prends sur l’étagère un livre que j’ai écrit, le feuillette et reste incrédule devant certaines petites proses pas si mal troussées. Je n’en reviens pas. Je dois renoncer définitivement à l’écriture. Je suis donc libre. Mais n’ayant malheureusement rien prévu de tel pour ma vie.

 

Il faut se fixer des idéaux atteignables quand on ne saute pas deux mètres cinquante en hauteur de vue.

Jean-Pierre Georges, L’éphémère dure toujours, Tarabuste

36 ans aujourd’hui, lundi de Pâques. Âge équinoxial ; maintenant mes jours vont raccourcir.

Jean-Pierre Georges, Car né, La Bartavelle

La vie est plus longue que large.

Jean-Pierre Georges, Le moi chronique, Les Carnets du Dessert de Lune

Que ferait-on si l’on ne devait

exister qu’à ses propres yeux

rien pardi

Jean-Pierre Georges, Je m’ennuie sur terre, Le Dé ble

Je ne sais plus que verser des larmes sur chaque journée perdue, sur du temps enfui que je devrais pourtant retenir dans ma passoire de poète.

Jean-Pierre Georges, Aucun rôle dans l’espèce, Tarabuste

Chaque instant apparu du fond de l’éternité foudroie d’innocence le pèlerin du temps.

Jean-Pierre Georges, L’éphémère dure toujours, Tarabuste

Quel que soit le nombre de jours qui te sépare d’une chose, la chose arrive. Voilà ce qui. Ce matin. Me rend maussade. Un jour n’est rien de plus qu’un accès au jour suivant ; tu avances d’un cran dans la file d’attente. De temps en temps c’est ton tour, pour l’amour, pour l’hôpital, pour la joie ou la déconfiture, la chance ou l’accident stupide. Inutile de se réjouir ou de s’affliger, c’est le sort commun. Tu refais la queue pour autre chose. Quand tu n’acceptes pas ce pitoyable pointage, cela s’appelle le suicide. Plus jeune la pensée du suicide me rassérénait : j’étais libre puisque je pouvais me tuer. Aujourd’hui je choisis librement de pointer, car au fond l’héroïsme n’est pas mon fort.

Jean-Pierre Georges, Aucun rôle dans l’espèce, Tarabuste

Printemps difficile : je ne fais pas ma montée de sève.

Jean-Pierre Georges, Le moi chronique, Les Carnets du Dessert de Lune,

On vise la réalité, et puis finalement on tire n’importe où.

Jean-Pierre Georges, L’éphémère dure toujours, Tarabuste

Le vent dans les peupliers, le réglage se fait de l’intérieur.

Jean-Pierre Georges, L’éphémère dure toujours

Une chose arrive

qu’on n’attendait plus

on l’accueille avec une réserve

bienveillante et cosmique

non sans penser aux désirs de feu

qui parfois nous ont ravagés

et n’ont eu comme les étoiles

qu’une pauvre durée de vie

Je mène deux pages de front

car ce n’est pas la vie qui est belle

c’est sa représentation

Jean-Pierre Georges, Je m’ennuie sur terre, Le Dé bleu

J’aimerais, une fois dans ma vie, une secousse paroxysmique.

Jean-Pierre Georges, Car né, La Bartavelle

— Mais moi monsieur, je travaille !

— Bien sûr, que pourriez-vous faire d’autre…

Jean-Pierre Georges, L’éphémère dure toujours, Tarabuste

Pour tromper son vide, battre son plein.

Jean-Pierre Georges, Le moi chronique, Les Carnets du Dessert de Lune

Il est rare qu’un homme puisse regarder une journée entière, du lever au coucher, sans céder au besoin irrépressible de l’acte. Non seulement ne pas y céder mais s’en défendre absolument : ne rien faire du tout. Ne pas sortir bien sûr, écarter toute tentation ludique ou culturelle ou utilitaire, ne voir personne. Quelque chose comme tenir compagnie aux heures, pour voir ce qu’il y a quand il n’y a rien. Cela en toute liberté, hors claustration clinique ou carcérale. J’y parviens pour ma part assez bien. — Y aurait-il dans cette assertion comme une bravade… — Eh, sans parler d’une expérience de l’extrême, l’affaire mérite attention. Appartenir à l’espèce la plus agitée qui soit et ne plus bouger : défi immense que je suis presque seul à relever par la seule volition, entre deux mictions, un repas frugal sur un coin de table et une fermeté quasi héroïque face à toute sollicitation érotogène.

Jean-Pierre Georges, Aucun rôle dans l’espèce, Tarabuste

Toutes ces citations sont tirées de l’excellent DICTIONNAIRE DE CITATIONS (par mots, par auteurs) suivant : http://www.farreny.net/dictionnaire/

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

9782930607016_1_75.jpgRéédition aux CARNETS DU DESSERT DE LUNE: 

LE MOI CHRONIQUE de Jean-Pierre GEORGES

Poésie Grand Format

  • 132 pages, 20X 14 cm, 200grammes 
  • 15€

Le lecteur de Jean-Pierre Georges ne sait pas toujours s’il doit rire ou pleurer et c’est là le don de l’artiste ès poésie, s’il nous remue beaucoup, s’il nous secoue, jamais le poète de l’ennui ne nous ennuie. Offrez-vous Le moi chronique et les oeuvres complètes dans la foulée, parlez-en autour de vous, faites-en cadeau à vos proches, à vos lointains, vous ne le regretterez pas… (Valérie Rouzeau)

Pour commander (copier/coller le lien): 

http://dessert-de-lune.123website.be/354029099 

LES dix-sept PENSÉES de SAINT BEURK

400_F_24082540_12LDRi17aQFLZs12Iph9Br8yRcFoluIc.jpgChristophe Beurk (parfois orthographié Beurck), de son vrai nom André Laspalette, a vécu à la fin du XXème siècle. Il a été canonisé par lui-même entre octobre 1995 et le 1er avril 1997 dans un endroit tenu évidemment secret mais qui pourrait bien être situé dans l’extrême est de la Belgique (non, il n’était pas communiste, ce qui a, il faut dire, nui considérablement à sa reconnaissance du vivant des Grands Communistes). Aucune vidéo de l’événement n’existerait, peut-être deux ou trois Polaroïds déteints. Certains intellectuels avancent même l’hypothèse qu’il aurait pu l’être dans la langue de Goethe. Les plus téméraires affirment même que Joseph Ratzinger aurait pu lui servir de conseiller.

Beaucoup d’incertitudes comme on le voit sur le parcours de ce singulier écrivain qu’on aimerait, sans oser – au risque de s’attirer la foudre bien moulue des puristes -, qualifier de fantasque. Des témoignages récents comme ceux du controversé Jean-Marie Tinck (un temps tueur du Brabant, aujourd’hui humoriste) l’aurait aperçu sortant récemment d’un Delhaize mais il ne sait plus pas où.

Christophe Beurck serait aujourd’hui âgé entre 69 et 73 ans s’il n’avait pas, comme annoncé dans un mot vague retrouvé sur le lac où il où il a disparu mis fin à ses jours par absorption de trop d’eau par unité de temps. Il n’aurait pas voulu de descendants pour se consacrer tout entier à son œuvre qui, quoique brève (12 à 17 aphorismes), vaut, mais on se le demande toujours, la peine d’être lue.

 

          1. Marcher sur les autres, se reposer sur soi.

        

       2.  Malgré les formes du miroir, l’Image durera.

  

       3. Tituber, c’est ruer dans les bars.

 

       4. Le jour en fuite a été repris au crépuscule avant d’être exécuté.

 

        5. Un rein de perdu, dix (au moins) de retrouvés.

      

         6. Faute de soleil, asperge-toi de crème solaire.

(variation due à un de ses émules enseignant au chômage) : Faute d’école, asperge-toi de crème scolaire.

           7. Enchâssez le naturel, il reviendra en tableau.

(repris dans l’Encyclopédie de la peinture à l’art traître en 3 pages et demie)

Et commenté longuement, sur plus de trois cent pages, dans l’édifiant ouvrage de Jean-Baptiste Botul, Tombeau de BHL.

 

         8. Ce que j’aime dans les nuages, c’est leur devenir orageux.

(variante par un de ses épigones grantauteur de Roman jeunesse : Ce que j’aime dans les nuages, c’est leur devenir pluvieux.)

 

    9. Donnez-moi un évier et je nettoierai le monde.

 

         10. Le travail de seuil commence dès qu’on ferme la porte.

 

         11. Malgré Celan, Cioran est mort de mort naturelle.

 (Repris dans L’Abrédé d’Histoire générale des Grands Roumains autres que Vlad l’empaffé de Transylvanie, édité par les Pittaphysiciens Anonymes de la Roumanie imaginaire.)

 

     12. Ma mère m’appelle sur mon portable tout neuf pour me demander comment on fait pour envoyer des textos.

(ceci constitue le dernier aphorisme  authentifié par le Collectif oulipien du Sud Hainaut ; il est daté du 21 juillet 2000, à moins qu’il ne s’agisse d’un fragment de son journal, hypothèse avancée récemment par un membre insignifiant du très influent (et amplement subsidié) Observatoire des Ecrits Apocryphes Sans La Moindre Importance)


Un doute plane toujours au-dessus de ces cinq aphorismes qui seraient, s’ils ne sont pas de Christophe Beurck, de Marion Laspalette, la demi-sœur aînée d’André qui rêva toute sa vie de consacrer sa vie à l’écriture pour faire la nique à sa moitié de frère qu’elle jalousait secrètement (autant qu’elle l’adorait, relire la touchante lettre, quoique barbante et par moments incompréhensible, du 5 juin 1963 au soir « à mon frère papouille »).

13. On peut nourrir à n’importe quel âge son premier ânon.

 

14. C’est quoi le félin pluriel de cougar ?

 

15. Un oculiste qu’on paie à l’œil ne trouvera jamais monture à son pied (il pourrait bien finir cordonnier). 

 

16. Quand je me bougie, je vois trente-six chandelles.

 

17. Tromper l’ennui avec le désespoir. 

(variante éloignée dans le temps: la pomme d’Adam était une désespoire.)

 

Marion Laspalette prévoit la sortie d’un micro recueil aux éditions Moi aussi je veux compter (trente-six lecteurs) dans la littérature sous le pseudo de Georges Cendre (paix à son âne).

 

par Éric Laspalette (neveu probable d’André, fils et non moins éditeur de Marion)

 

statue-en-bronze-squelette-penseur.jpg 

20 ANS en chanson

20ans.jpg

Ferré, 1961 (pour la version originale) 

Zebda, 2009 en hommage à Ferré

Moustaki pour Reggiani, 1967

Aznavour, 1965

Johhny, 2013

Bachelet, 1987 (avec une citation de Ferré)

Aubert, 2012 

Zazie, 2013

Amel Bent, 2009

IAM, 2013

Lalanne, 1979

Manu Galure, 2008

Placebo, 2004

Berthe Sylva (1885-1941), 1935

BONUS: Bref, j’ai 20 ans!

89650837_o.jpg

J’AVAIS 20 ANS + LA BELLE VIE, par Denis BILLAMBOZ

20-ans.jpg

J’avais vingt ans

  

J’avais vingt ans

Je faisais la fête

J’étais insouciant

Demain était loin

 

J’aurais du travail … un jour

Après avoir aimé les filles

J’épouserais ma princesse

Je lui bâtirais son nid d’amour

 

Il a vingt ans

Il craint demain

Il pense à sa carrière

Il prévoit sa retraite

  

Il a peur du chômage

De manquer d’argent

De ne pas séduire la fille

Qui lui donnerait un fils

  

S’il avait la foi

Il entrerait au couvent

Il éviterait le chômage

Et la maladie sans nom

  

N’écoute pas les augures

Courtise la vie

Comme une princesse

Et elle t’aimera comme un roi

 

 

Logo-LaBelleVie.jpg

  La belle vie

  

Elle est belle la vie

La vie que j’ai eue

  

Elle était belle la vie

La vie que je n’aurai plus

  

J’ai aimé

J’ai été aimé

 

J’ai choyé

J’ai été choyé

  

J’ai joui

J’ai fait jouir

  

Un jour je partirai

Le cœur léger

 

Elle est belle la vie

La vie que j’ai eue