NOS RÊVES SONT PRIÉS DE PRENDRE UNE DOUCHE FROIDE de BENOÎT JEANTET (Jacques Flament) / Une lecture de Nathalie DELHAYE

MÉTÉO MARINE de FABIENNE RIVAYRAN (Jacques Flament Alternative Editoriale) / Une lecture de Nathalie DELHAYE
Nathalie DELHAYE

Lutte permanente

Benoît Jeantet nous offre ce recueil dans la Collection « Paroles de Poètes« , chez Jacques Flament Editions.

image187

La mélancolie et le lâcher prise semblent être les maîtres mots de cet ouvrage.
Ces rêves et pensées, présentés en segments parfois ambigus, révèlent un esprit tourmenté, une âme désabusée, pleine de ressentiment, plongeant le lecteur dans l’intime et les blessures secrètes.

Luttant contre les fantômes de la nuit, un ennui profond et une lassitude face à un quotidien pesant, les textes se succèdent et forment un bloc d’émotions diverses.

Le monde est si glissant
qu’une colline sous la pluie

On voulait tous un gros morceau de ciel.
Bien sûr, y’en avait pas pour tout le monde.
Bien sûr.

J’en étais à peser le pour et le contre.
Et, quand même, le contre pesait mon âne mort.

Il apparaît parfois quelques bribes de clarté, un souvenir plus doux, un instant d’apaisement qui offre une bouffée d’oxygène.

Rien n’est plus bancal qu’un lundi matin.
Mais que ton sourire passe et repasse dessus
et alors tout, très vite, retrouve son équilibre.

Résultat de recherche d'images pour "benoît jeantet"
Benoît Jeantet

De métaphores en déductions implacables, de moments partagés au besoin d’exploser, l’âme perdue du poète a bien du mal à reprendre pied et avancer.

Mais oui, des fois, la tristesse
ça fait même voler en éclats
le carreau des fenêtres

Une douche froide serait bienvenue, effectivement, pour laver et évacuer toute cette tristesse, frapper l’épiderme de plein fouet et offrir, enfin, un renouveau.

Pour commander le recueil sur le site de l’éditeur 

Benoît JEANTET sur le site de l’éditeur 

LA NUIT DES BÉGUINES d’ALINE KINER (Liana Levi) / Une lecture de Nathalie DELHAYE

MÉTÉO MARINE de FABIENNE RIVAYRAN (Jacques Flament Alternative Editoriale) / Une lecture de Nathalie DELHAYE
Nathalie DELHAYE

Éprises de liberté

J’ai eu grand plaisir à lire « La nuit des béguines ». Hormis dans l’histoire de ces femmes pieuses, mais non nonnes, éprises d’indépendance, célibataires ou veuves, qui décident de vivre en communauté, de travailler pour subvenir à leurs besoins et d’aider d’autres femmes en difficultés, Aline Kiner nous plonge au XIVème siècle, sous le règne de Philippe Le Bel, et nous offre une belle leçon d’Histoire.

La Nuit des béguines

Nous découvrons Ysabel, herboriste, soigneuse, voire guérisseuse, qui ne ménage pas sa peine pour aider les malades qui lui sont confiées. Au-delà des soins prodigués, elle leur apporte écoute et assistance, tant morale que logistique, trouve des solutions à leurs situations précaires, C’est dans ce contexte qu’elle recueille Maheut, une jeune femme énigmatique, apeurée, qui ne se livre pas.

Les personnages entourés de secrets se succèdent, Ade, Humbert, Agnès, Clémence, Jeanne, tous ont autant de choses à cacher, enfouies au plus profond d’eux-mêmes. Par ces temps troublés, mieux vaut être discret et ne pas attirer l’attention. Le béguinage est en proie aux critiques, cette institution est menacée par les décisions pontificales, car elle dérange, en ce siècle d’Inquisition. Ces femmes indépendantes, cultivées pour nombre d’entre elles, maîtresses d’elles-mêmes, détonnent avec l’esprit du siècle.

Résultat de recherche d'images pour "aline kiner écrivain"
Aline Kiner 

Une écriture riche, un vocabulaire adapté qui nous incite à découvrir parfois les définitions de termes inconnus, une histoire plaisante, des faits historiques qui jalonnent l’ouvrage, et le récit de ces femmes qui ont lutté pour leur liberté si tôt, un bon livre en somme !

Le livre sur le site de l’éditeur

 

 

 

AVANT QUE J’OUBLIE d’ANNE PAULY (Verdier) / Une chronique de Nathalie DELHAYE

LES ADIEUX D'UNE FILLE d'ANNE PAULY (Verdier) / Une lecture de Nathalie DELHAYE
Nathalie DELHAYE

Les adieux d’une fille

Anne et Jean-François perdent leur père atteint d’un cancer, qui était hospitalisé depuis quelques jours, victime d’une embolie pulmonaire.
Le frère et la soeur, à présent orphelins, bien que préparés à cette triste fin, peinent à l’accepter, et à remonter la pente.


Dans ce livre, c’est Anne qui raconte sa terrible souffrance. Ce thème dramatique est abordé de façon humoristique, Anne retraçant les faits de manière drôle et délicate. Elle écrit ce qu’elle pense, ce qu’elle ressent, ce qu’elle voit de manière légère, avec une certaine pudeur, et pourtant, au plus profond d’elle-même, elle souffre… Elle a accompagné son père dans ses derniers moments, mais doute d’avoir bien fait.

Viennent les souvenirs, la vie avec son frère et ses parents, une enfance contrariée par les agissements d’un père alcoolique, une mère qui subissait la situation, et les enfants habitués à ces comportements. Les anecdotes défilent dans l’esprit de la jeune femme, le sourire fait place aux larmes. Jean-François, lui, semble plus marqué par cette période, plus intransigeant avec ce père qui vient de partir, mais il se débat également avec sa peine et son ressentiment.

Résultat de recherche d'images pour "anne pauly écrivaine"
Anne Pauly

Anne supporte tout ou presque de la suite des événements. Les funérailles, les formalités, la maison à débarrasser ; Jean-François se détache clairement de ses obligations, indifférent.

On m’avait dit, en brandissant comme une menace un rouleau de sacs poubelle, quand quelqu’un meurt, il faut agir, trier, ranger, répartir, écrémer, choisir ce que tu veux garder et te débarrasser du reste. Et plus vite que ça. C’est comme ça qu’on fait, c’est ça qu’il faut faire, tu devrais faire ça, ça t’aidera c’est sûr.

Un livre qui peut parler à chacun d’entre nous, orphelins ou amenés à l’être un jour. Cet ouvrage se révèle très humain, mêlant instants drôles et moments touchants, l’émotion prend parfois le pas mais ne tombe jamais dans le mélodrame.

Une belle façon de traiter ce thème, et d’aborder le deuil des parents, ce qu’ils étaient, ce qu’il restera d’eux.

Le livre sur le site de l’éditeur

Anne PAULY sur le site de Verdier

MÉTÉO MARINE de FABIENNE RIVAYRAN (Jacques Flament Alternative Editoriale) / Une lecture de Nathalie DELHAYE

Le TOP 5 de NATHALIE DELHAYE
Nathalie DELHAYE

Le tourbillon de la vie

« Météo Marine » est une nouvelle, un petit format proposé par Jacques Flament Alternative Editoriale, dans sa collection Côté court.

image076

C‘est l’histoire de Lisa et Pierre, deux personnes esseulées qui se trouvent voisines, quelque part dans le sud ouest, région qu’ils ont choisie tous les deux pour fuir… Fuir leur histoire, une vie compliquée, cruelle. Et ces deux personnes vont se découvrir, s’apprivoiser petit à petit. Lisa est plus ouverte, Pierre se cantonne dans ses silences et un mystère qui intrigue la jeune femme.

Le tourbillon de la vie va encore les emporter, et les ramener à leurs douleurs respectives…

Fabienne Riveyran nous emmène dans cette belle région qui prend sa place dans cette histoire.
L’émotion est vive, le suspense bien mené, les vies de chacun se dessinent au fil des pages, et on regrette que ce format soit si petit, finalement…

Pour commander le livre sur le site de l’éditeur 

Fabienne Riveyran sur le site de l’éditeur 

EN SON ABSENCE de ARMEL JOB (Robert Laffont) / Une lecture de Nathalie DELHAYE

Résultat de recherche d'images pour "nathalie delhaye"
Nathalie DELHAYE

Bénédicte se rend à l’école un matin, et ne rentre pas après sa journée de cours. Sa famille, les amis et voisins sont inquiets, et tout le village bientôt partage la peine des parents et essaie de se rendre utile pour comprendre ce qu’il s’est passé et en découdre avec certains…

Résultat de recherche d'images pour "en son absence armel job"

Le drame est identifiable, les lieux, un petit village de l’Ardenne belge, brossé comme un tableau par l’auteur, nous semble familier, et le mal-être ambiant nous renvoie à nos propres craintes et nos sombres pensées en de telles circonstances.

M. Job, avec une plume plaisante, nous emmène aux confins de son thriller psychologique. Tout au long de l’ouvrage on s’interroge, voyant défiler les personnages dont il appuie ostensiblement les traits, telle Mme Maca, qui voit tout, sait tout du village, donneuse de leçons, aux idées bien arrêtées, ou encore Julien, chauffeur de bus en proie à de drôles de sentiments, perdu depuis la mort de sa fille, amie de la disparue. Les hypothèses fusent, les enquêteurs, caricaturés comme il se doit, sont bien en peine de trouver un véritable indice dans ce microcosme où chacun s’épie, se trahit, se hait parfois, se soupçonne. D’autres agissements auraient pu toutefois faire avancer l’enquête, un peu plus de transparence de la part de la Police, un peu moins de suspicion de la part des villageois, mais l’être humain est ainsi fait !
Le pire est envisagé, bien sûr, avec des images d’un passé pas si lointain, Dutroux et ses monstruosités, d’autres disparitions inexpliquées…

Un livre à l’ambiance pesante, le malheur d’une famille éclatée, l’incompréhension d’un village et le piétinement d’une enquête, de quoi offrir une lecture agréable pour les amateurs du genre, et découvrir d’autres ouvrages de M. Job.

Le livre sur Lisez ! (également disponible en Pocket)

ARMEL JOB sur le site de l’AEB

 

LE CHAGRIN DES VIVANTS d’ANNA HOPE – Une lecture de Nathalie Delhaye

ac5663f3df9b
Nathalie DELHAYE

Plaidoyer universel

J’avais lu beaucoup d’ouvrages relatant la guerre 14-18, mais j’étais passée à côté de celui-ci. « Le chagrin des vivants » raconte la vie de trois femmes, après-guerre, plus précisément en 1920, alors que l’Angleterre va accueillir 5 jours plus tard, le 11 novembre, le « Soldat inconnu ».

Résultat de recherche d'images pour "anna hope le chagrin des vivants gallimard"
Trois femmes qui ont subi, ou subissent encore, les effets de la guerre. Ada, qui a perdu son fils, qui ne sait pas bien où il est tombé, et qui le voit à chaque coin de rue. Evelyn, qui a appris la mort de son fiancé. Et Hettie, une toute jeune fille qui accompagne tous les jours les soldats revenus sur la piste du Palais de la danse, partageant avec eux leur solitude et leur amertume.

Trois femmes qui n’ont rien à voir l’une avec l’autre, mais dont les destins vont se frôler, presque s’entrecroiser, par les coups du hasard.

Résultat de recherche d'images pour "anna hope"
Anna Hope

Anna Hope nous offre un livre très détaillé de ces années d’après-guerre. Relativement documenté, le récit sonne vrai et rien ne semble romancé, nous plongeant au cœur de ces années difficiles, de la reconstruction, villes dévastées, âmes tourmentées et cœurs blessés, voire brisés. On ne peut que comprendre et partager le mal-être, le désarroi, le doute et malgré tout un certain espoir. Tourner la page est encore une étape fragile, mais il faut avancer et regarder loin dans ce contexte. Et le lecteur accompagne volontiers ces trois femmes, les entend et compatit, peut faire aussi un triste parallèle avec les mêmes choses vécues par ses aïeux, la même angoisse, le même deuil. La Grande guerre meurtrière a touché le monde entier, ce livre est un hymne aux soldats tombés pour la liberté, de par le monde, et son plaidoyer est universel.

Le livre sur le site de Folio/Gallimard

Les livres d’Anne Hope chez Gallimard

LE NEUVIÈME ORGASME EST TOUJOURS LE MEILLEUR d’ANNE-MICHÈLE HAMESSE, une lecture de Nathalie Delhaye

ac5663f3df9b
NATHALIE DELHAYE

Ne nous méprenons pas, le titre peut sembler sulfureux, et j’avoue qu’avec la couverture il a fait son effet dans les transports en commun que j’ai empruntés lors de ma lecture.
Anne-Michèle Hamesse propose dans ce recueil dix-sept nouvelles tout à fait convenables.

Le neuvieme orgasme couverture 30 12 2018

 

Elle y raconte la vie, tout simplement, elle décrit des personnages qui ressemblent à Monsieur tout-le-monde, et un peu, voire beaucoup abîmés par une existence compliquée.

Chaque nouvelle nous emmène dans des décors bien dépeints, avec une ambiance perceptible, qui nous révèle les faces plus ou moins sombres des divers protagonistes. Des femmes, des hommes, qui vivent de passion, de convenances, de soumission, et vient l’événement déclencheur qui laisse entrevoir une chute. 

La force de ces textes est que la chute n’est pas souvent celle que l’on attendait. Elle laisse pantois, fait esquisser un sourire, éclater de rire, cligner des yeux, froncer les sourcils, provoque chez le lecteur un temps d’arrêt, ou laisse bêtement bouche bée.
L’ouvrage est parfaitement dosé, de la rage, de la luxure, des relations interdites, des passages à l’acte, du surnaturel, des cadavres. Mais il évoque aussi des sentiments, de l’abandon, de l’amour, de l’amitié, de la haine, de la tristesse, de la compassion.

Un melting pot ingénieux, au vu des profils variés, de l’employée d’agence de voyages à la bourgeoise, de l’écrivain de polars au taulard repenti, avec bien souvent en arrière-plan la Belgique et ses panoramas variés.

Quant à la neuvième, je l’ai trouvée très bien écrite, un condensé de métaphores…

Un recueil plaisant et surprenant.

 

Le livre sur le site du Cactus Inébranlable

Ma voisine a hurlé toute la nuit d’Anne-Michèle HAMESSE au Cactus Inébranlable

ANNE-MICHÈLE HAMESSE sur le site de l’AEB

Résultat de recherche d'images pour "anne michèle hamesse écrivaine"