UN RIVAGE QUI EMBRASE LE JOUR d’IRÈNE DUBOEUF (Ed. du Cygne)/ La lecture de Philippe LEUCKX

Un rivage qui embrase le jour - broché - Irène Duboeuf - Achat Livre | fnac

La poète qui « dans les mots cherche refuge » distille un univers de nuit, de mélancolie et d’ombre, quand l’absence vainc, quand ce qui est perdu « dans le noir » impose qu’il faille pallier ce manque par des mots, des images.

La traductrice de l’Italien Anelli (aux mêmes éditions) suit « l’invisible et présente la mort », alors que le temps poursuit sa route d’usure.

« L’éclat insoumis du poème » vaut tout, puisqu’il grave le mot « silence ».

Une écriture impressionniste trace la « ronde éperdue » des heures; « haillons de ‘hiver » sous la brume ou « dans la vitre/ la nuit a des yeux/ de cristal noir ».

C’est une poésie de la nuit, de la chambre-refuge des mots légers ou graves.

« Dans la béance de la nuit

les mots.

Le temps n’a plus cours :

tu ôtes les aiguilles

des minutes et des heures » (p.45)

Irène Duboeuf tutoie le « noir » qu’il faut « fendre », brise les miroirs feints, retient malgré tout « des rêves dans les arbres ».

Une belle poésie intimiste.

Irène Duboeuf, Un rivage qui embrase le jour, éditions du Cygne, 2021, 56p., 10€.

Le recueil sur le site de l’éditeur

Irène DUBOEUF sur le site des Editions du Cygne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s