PROTECTION RAPPROCHÉE de LORENZO CECCHI (Cactus Inébranlable) / Une lecture d’Éric ALLARD

NOUVELLES D’AVANT LE TEMPS DU CONFINEMENT

À lire les dernières nouvelles de Lorenzo CECCHI, on a le sentiment de revivre les affres et les joies d’un monde – momentanément – disparu, celui où les êtres, forcément humains, qui, en se frottant et en se cognant les uns les autres, généraient des étincelles explosives mais aussi des rapprochements fraternels.

La jalousie, l’envie, les addictions – à la clope, à la boisson, aux opiacés –, les tourments du travail et les revers des exclus et de ceux qui les défendent (ces avocats qui sont les personnages de deux des meilleures nouvelles du recueil) sont le lot des acteurs de ces nouvelles.  Mais le recueil n’est pas un simple relevé, on s’en doute, des mauvais penchants de l’espèce humaine. En permanence, les laissés-pour-compte réagissent aux attaques dont ils sont l’objet, d’autant plus pernicieuses qu’elle sont invisibles, par des actes d’amitié ou de bravoure gratuits comme cet homme qui part au secours d’un ami en détresse la veille du jour où son épouse va accoucher…

Lorenzo Cecchi décrit un monde impitoyable, absurde, détaché de toute humanité, celui, il va sans dire, de la guerre économique.

Acculés, les personnages mis en scène développent des symptômes en réponse avec l’objet de leur affliction comme la directrice de Tout me gonfle, contrainte d’acter une décision de son collège de professeurs qu’elle réprouve. Une nouvelle emblématique de l’aberration du milieu scolaire.

Ou cet homme, métaphore vivante de l’immigré italien venu oeuvrer dans les mines, qui creuse son jardin pour y trouver du charbon et faire fortune plus vite et qui, faute de trouver le filon espéré, se fait récriminer par le voisinage et se trouve contraint de quitter – une nouvelle fois – les lieux.

En sociologue de formation et bourlingueur, au sens cendrarsien, Lorenzo Cecchi sait que c’est derrière le story-telling fabriqué par les conseillers en communication de nos gouvernants et par les lignes commerciales des holdings financiers, sous la surface libre de la grande histoire que les livres scolaires retiendront, fourmillent les affects, s’infectent les destinées, en bref, se déroulent les histoires des délaissés et exploités du système mais aussi de celles et ceux qui essaient d’y tenir leur rôle au détriment de leur santé comme de leur intégrité morale.

C’est dans ce no man’s land social, cette partie cachée du rêve qu’on nous vend que le romancier et nouvelliste puise ses récits, dit autrement le monde qu’on voudrait nous faire accroire.

Tous les personnages ou presque, on l’a dit par ailleurs, sont des cabossés de la vie, des rescapés du souffle, des hommes et quelques femmes groggy mais toujours prêts à remonter sur le ring de l’espoir, les poings serrés sur leur coeur en alerte, la poitrine gonflée de soleil.

On retrouve dans ces quatorze nouvelles  qui composent ce troisième recueil paru au Cactus Inébranlable la verve et le sens de la narration de Lorenzo Cecchi, son goût pour les situations où le cocasse le dispute au drame, où le sordide même voisine avec des élans d’une rare humanité.

Ces récits, plantés dans un terreau reconnaissable entre tous, comprennent des scènes mémorables comme celle du mafieux, tout à la préparation d’un mets, qui terrorise ses visiteurs ou celle dans laquelle cet homme pressé par son épouse qui déclare à la cantonade qu’elle a toujours refusé de lui faire minette.

Pour conclure, Lorenzo se rit de ce qui nous désole mais pas au détriment de ses personnages (sauf pour se moquer de ses doubles fictionnels). C’est pour défendre leur honneur qu’il écrit car il se sait et se sent, comme il le dit en clôture d’une de ses nouvelles, de plein droit avec eux.

À noter encore que le recueil est agrémenté d’illustrations subtilement colorées du peintre et sculpteur Michel Jamsin qui relèvent bien l’alliance du burlesque et du grave à l’œuvre dans le texte.

Pour commander le recueil sur le site du Cactus Inébranlable

DIX QUESTIONS à LORENZO CECCHI

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s