LA FABRIQUE DES MÉTIERS – 55. RACCOMODEUR D’ERGOTS

ergot

Chaque jour qui passe, l’ergot du coq a bien des occasions d’être égratigné, brisé, mis en pièces. À la faveur de la réflexion d’un quelconque gallinacé, de l’invective d’une poule frondeuse, de la remarque d’un porc dans la bouse, d’un poney donneur de coups de sabots, d’une vache impertinente. 

L’ergot ébranlé conduit le coq à des conduites de repli, de dénigrement de soi et de rancune. Le coq sans crête ni ergots est un roi sans couronne ni épines.

C’est pourquoi le raccomodeur d’ergot est d’une telle utilité publique pour la basse-cour.
Il sait trouver les mots qui dénigreront le faiseur de reproches, le lanceur de fléchettes, le dresseur de liste de torts, le noteur de notes le lectures et recontextualiseront la diatribe en rendant la confiance perdue à l’oiseau meurtri dans son orgueil.

Afin de ne pas nous égarer, penchons-nous sur un cas particulier : l’ego, pardon, l’ergot du coqauteur.

Régulièrement le coqauteur a son ergot, même si monstrueux au départ – et qui plus est à mesure qu’il publie -, fracturé, endommagé, un brin étrillé à la suite, il se peut, de l’épithète déplacée d’un critique pas à l’aune de ce qu’on attend d’un critqud’oeuf, de l’emportement démesuré d’un collègue pour l’œuvre d’un tiers, de la mise en valeur d’une élite régionale de dindons ou de la star faisandée de la ferme locale, de l’érection d’un poussin littéraire sorti tout droit de sa coquille, de l’indifférence d’un coqéditeur épris ailleurs, d’une grosse ponte ponctuelle d’une poule des lettres, de la diminution du nombre de likes & partages d’une photo de profil mal retouchée sur Coqstagram.

Le raccomodeur d’ergot aura fort à faire dans ce cas précis d’autant qu’il touche à un secteur essentiel du monde culturel régulièrement foulé au pied et battu en brèche, périodiquement confiné et voué aux dégoûts du libéralisme incontrôlé.

On le devine, même s’il y a d’excellents raccomodeurs d’ergot généralistes, il existe des spécialistes par occupation ou hobby de confinement : littérature en circuit court, culture de bonsaï à paroles, danse d’appartement, art vocal de balcon protégé par une rambarde à sons, récitation de textes à la demande, théâtre au miroir, air banjo et attrapage de mouches à la ficelle.

Applaudissons bruyamment et nuitamment le raccomodeur d’ergot tel un angle gardien aux côtés obliques, un tuteur de parasol à la dérive, un parrain à la main légère, un frère d’âme dans le désordre spirituel, un Narcisse de remplacement dans le placard aux doubles de substitution !

À défaut d’ergot pointu, une crête avenante et un beau plumage valent amplement un désolant ramage. 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s